PUBLICITÉ

L'humain et la météo

Vacances et voyages image article
Je ne sais pas comment l’homme des cavernes passait ses vacances de la construction, mais je suis persuadé qu’en discutant avec ses compagnons de chasse, il devait être question de la météo.
 
La pluie, le froid, la trop grande chaleur, la neige, le verglas… Tout est propice à un petit défoulement émotif. La météo est la responsable parfaite de nos frustrations quotidiennes.
 
Tant d’énergie dépensée à grogner contre quelque chose qu’on ne peut pas contrôler. C’est fascinant. Remarquez, si on pouvait vraiment contrôler nous-mêmes la météo, je ne serais pas surpris de voir éclater une 3e guerre mondiale. Soleil ou pluie, personne ne pourrait se mettre d’accord sur la meilleure option du jour.
 
C’est parce qu’on a tous une petite relation particulière avec la météo. Y’a des jours où les nuages nous jouent vraiment sur l’humeur. On aurait besoin de plus de soleil, d’une journée lumineuse pour rallumer notre lumière intérieure.
 
Et il y a des jours où le beau temps est presque obscène. Quand on vit des choses plates, on imaginerait mieux un jour de pluie pour accompagner notre simili-malheur, comme dans les films. Même chose quand on se sent amorphe et que le linge mou nous appelle. Ces jours-là, le soleil est un gaspillage.
 
Biologiquement parlant, la météo peut vraiment avoir impact sur notre corps. Mais pas autant que dans la tête. Et il y a surement plus de conscient que d’inconscient. On lui accorde beaucoup d’importance. On en fait un barème de réussite d’une journée.
 
Quelle phrase lance-t-on aussitôt que des gens reviennent de voyage : Y’a-tu fait beau? C’est l’outil de mesure du bonheur en vacances. Et pourtant.
 
Je vous le dis, si la météo n’a pas trop d’emprise sur vous, vous pouvez profiter de la situation. Allez aux glissades d’eau un jour de pluie, et vous verrez que les barrières mentales des uns peuvent facilement faire le bonheur des autres.
 
Finalement, notre relation avec Mère Nature est exactement comme celle des enfants avec leur mère, justement :
 
- Quand elle nous fait plaisir, on l’ensevelit de compliments.
 
- Quand ses décisions ne font pas notre affaire, on boude et on grogne.
 
- Quand elle se met en colère et se déchaîne, on se cache.
 
- Même si on lui nuit souvent et qu’on ne réalise pas assez son importance, elle est toujours là pour nous.
 
- Et peu importe ce qu’on en pense, c’est toujours elle qui a le dernier mot, point final.