PUBLICITÉ

Quand manger rime avec anxiété…

Nutrition image article
Présenté par

« Consommez plus de fibres. Attention au gluten ! Surveillez vos apports en sel. Vérifiez la liste des ingrédients. » Pour bien des gens, s’alimenter de façon saine s’avère une source de stress quotidien. Nous accusons manquer de temps pour cuisiner, mais à l’inverse, nous angoissons à l’idée d’offrir un repas du resto à nos enfants. Manger « santé », ça signifie quoi en 2013 ? Voici quelques conseils pour vous aider à surmonter votre anxiété alimentaire. Prenez une grande inspiration, et savourez...

Bien manger, ça dépend de vos valeurs

Il n’existe pas d’aliments parfaits, ni de menu idéal. Manger sainement signifie avant tout que l’on mange selon ses propres valeurs. Par exemple, personne n’est obligé de se convertir au végétarisme. Consommer de la viande maigre quelque fois par semaine demeure très intéressant d’un point de vue nutritif. Cependant, si vous désirez réduire votre consommation de produits animaux en tenant compte de l’éthique et de l’environnement, c’est une avenue possible. Pas obligatoire !

De la même façon, certains individus ne se passeraient jamais de leur pain tranché au déjeuner, alors que d’autres préfèrent le bannir de leur alimentation, parce qu’ils ont entendu dire que le blé nuisait à leur santé. Même si, en tant que nutritionniste, je ne prône l’élimination d’aucun aliment, je pense que ces individus ont le droit de faire un choix qui répond à leurs croyances personnelles. Le rôle des diététistes nutritionnistes, c’est de vous informer, et de vous tenir à jour à propos des différentes avancées scientifiques en matière de nutrition. Mais avant tout, nous désirons que chaque individu puisse combler ses besoins nutritionnels et éprouver du plaisir à bien manger. Alors si une personne ressent de la satisfaction à bannir le lait ou le soya de son alimentation et qu’elle ne présente aucune carence nutritionnelle, c’est tant mieux ! Même s’il n’existe pas de preuves concluantes qu’une alimentation aussi restrictive soit nécessaire, si cela peut améliorer la vie de quelqu’un, pourquoi s’y opposer ?

Bien manger, ça dépend de vos préférences

À écouter ces messages sur la nutrition que propagent les médias, nous ne mangerions plus rien. Il faut relativiser. Éliminer les croustilles ou les friandises, c’est loin d’être sain pour la santé mentale ! Tous les aliments ont leur place au sein d’une alimentation nutritive. Le reste, c’est une question de fréquence et de quantité. Vous avez la dent sucrée et êtes incapable de vous priver de dessert ? Inutile de culpabiliser. Mangez ce dont vous avez envie, tout en assumant consciemment les choix que vous faites. Un morceau de chocolat noir après un repas ne fera pas de mal à personne. Mais restez conscient à l’idée qu’une tablette de chocolat entière par jour risque de vous faire du tort. Soyez à l’écoute de vos préférences et restez honnête avec vous-même.

Bien manger, c’est prendre soin de soi

La nutrition est une science qui évolue rapidement. Or, il est très probable qu’au courant des prochaines années, les recommandations nutritionnelles changent. C’est ce qui explique notamment les messages contradictoires véhiculés par les professionnels de la santé. Chose certaine, manger pour demeurer en santé n’exige qu’une seule chose : revenir aux bases, le plus souvent possible. Cela signifie que l’on fasse tout en notre pouvoir pour privilégier les aliments frais. Autrement dit, mangez moins d’aliments qui proviennent d’une boîte, et mangez plus d’aliments qui poussent dans la terre. Une barre tendre commerciale aura beau être sucrée et bourrée d’additifs, si elle est accompagnée d’un fruit dans une boîte à lunch débordante de légumes et de grains entiers, ce repas demeure très nutritif.

Vous désirez améliorer votre alimentation ? Vous croyez que bien manger, c’est toujours compliqué ? Ne vous découragez pas. Vivez au jour le jour, donnez-vous des objectifs réalistes, et misez sur le plaisir qui entoure la nourriture saine.

 

Vous aimerez aussi

L'anxiété chez les enfants

Aider son enfant à gérer son anxiété?

Et les pères, sont-ils aussi anxieux?