PUBLICITÉ

Viande sauvage et grossesse

Nutrition image article

Viande sauvage et grossesse

La viande de gibier, telle que la viande de cervidés comme l’orignal et le cerf, communément appelé le chevreuil, a des propriétés nutritionnelles intéressantes. En effet, ces viandes sont pauvres en lipides et riches en protéines, en plus de renfermer des quantités intéressantes de fer, de zinc et de sélénium.

De plus en plus de producteurs en font l’élevage, ce qui fait que des coupes de viande d’orignal et de cerf, mais également de bison, de sanglier et de wapiti, sont disponibles sur les tablettes des magasins. Il n’existe jusqu’à présent aucune contre-indication à les consommer, et cela vaut aussi pour les femmes enceintes.

Cependant, la consommation de viande de gibier sauvage peut présenter certains risques de contaminations, notamment au cadmium, un composé toxique pour l’organisme. Des émissions de cadmium qui sont transportées dans l’atmosphère se déposent sur les plantes telles que les herbes sauvages et le lichen, qui servent de nourriture aux cervidés, en particulier à l’orignal et au cerf de Virginie.

Au Québec, les régions de l’est du Québec seraient les moins contaminées tandis que la région de l’Abitibi serait parmi les régions les plus contaminées. Le cadmium s’accumule dans les abats, tels que le foie et les reins (rognons)) et son élimination est très lente. La consommation d’un repas de rognons contaminés peut représenter un apport en cadmium jusqu’à cent fois supérieur à celui toléré par l’Organisation mondiale de la santé!

Pour cette raison, il est recommandé de ne pas consommer les abats des cervidés sauvages, particulièrement pour les femmes enceintes ou qui allaitent, mais également pour les personnes âgées, les enfants ainsi que les personnes qui souffrent de maladies chroniques. Il n’y a cependant pas d’interdiction à consommer la viande provenant des muscles de ces animaux.