Louis-Simon Ferland Blogueur

Conseils aux jeunes parents

Conseils aux jeunes parents
Libellés : Vie de famille Publié le 23-11-2012 à 11:47

Si vous êtes parents (surtout de très jeunes enfants), vous êtes déjà habitués de recevoir des conseils. Beaucoup de conseils. Alors les trucs d’allaitement ou les conseils sur la discipline, je laisserai ça aux gens qui s’y connaissent.

Par contre, en tant que papa qui voit avec nostalgie les pyjamas devenir trop petits trop vite, je pense en avoir appris un peu sur notre ennemi commun le plus insidieux : le temps qui passe.

Si j’osais donner quelques conseils à de jeunes parents, ce seraient ceux-ci :

Prenez-en des photos. Filmez-en des moments. Pas juste des grands événements. Pas seulement quand il y a quelque chose de spécial. Même pas quand ça ferait une bonne photo. Prenez des bouchées du quotidien. Des photos sur le vif. Des bouts de vidéo où les enfants ne font que vivre. Ce sont ces images-là que vous allez regarder le plus souvent, plus tard. Pas les photos parfaites.

Aussi étrange que cela puisse paraître, assurez-vous d’avoir des vidéos où on entend des jouets bruyants. Ou la fameuse toune que vous n’êtes plus capable d’entendre. Vous ne pouvez pas l’imaginer maintenant, mais un jour ces sons horribles vont être adorables à réentendre.

Le temps de qualité, ça n’existe pas. Il faut du temps, point. Prenez tout votre temps pour être là. Qualité ou pas, c’est du temps qui vaut de l’or.

Jouez. Même si le jeu est plate. Même si vous n’y comprenez rien. Même si vous avez l’air ridicule. Ne serait-ce que cinq minutes, entre deux urgences. Quelque chose me dit que ce sera un très bon investissement dans votre journée.

Regardez-les dormir. Surtout quand la journée a été horrible. Des crises à répétition? Un affreux Terrible Two? Des moments difficiles? Regardez-les dormir quelques minutes. Et essayez, ESSAYEZ d’être encore fâchés…

Faites-en, des câlins. Donnez-en des bisoux. Croisez vos doigts pour qu’ils vous laissent leur en donner longtemps. Au pire, ne prenez pas de chance et faites des réserves maintenant.

Ayez la mémoire longue. Rappelez-vous ce que vous avez fait pour eux. Les heures à la clinique, les nuits blanches, les sorties ratées, les soirées annulées, la carrière hypothéquée, tout. N’oubliez rien. Pas pour être rancunier et leur remettre sur le nez plus tard, non. Pour vous. Ça vous fera tellement de bien, un jour. On culpabilise beaucoup, mais on ne regrette jamais.

Emmenez-les donc à votre boulot une fois de temps en temps. Le trouble que vous aurez cette journée-là va durer beaucoup moins longtemps que vos souvenirs (et les leurs, s’ils sont assez vieux pour s’en rappeler). Et en prime après cela, même votre mobilier de bureau vous fera penser à eux.

Quand les autres parents fatigants vous disent « Profitez-en, ça reste pas petit longtemps! », ils ont malheureusement raison. Prenez une notre mentale de le répéter un jour aux autres, pour vous venger.

Et souriez. Quand votre enfant repensera à son enfance, aussi bien qu’il se souvienne de visages heureux, autour de lui. Et sourire, ça efface presque vos cernes sous les yeux…

***
Sur le même thème, si vous avez déjà commencé à ressentir des pointes de nostalgie à les voir grandir si vite, il est toujours temps de relire ce billet justement intitulé :  « Vous lirez ça plus tard ».  Parce que le plus tard arrive vite…

Pour suivre Louis-Simon: http://www.facebook.com

Laissez un commentaire

Photo de Louis-Simon Ferland

Louis-Simon Ferland

Blogueur

Voir tous les billets >>

L'infolettre

Les incontournables

Sondage

De quelle façon magasinez-vous les fournitures scolaires?
Voir tous les sondages >>