Louis-Simon Ferland Blogueur

Les enfants rendent-ils malheureux?

Les enfants rendent-ils malheureux?
Libellés : Vie de famille Publié le 15-05-2012 à 13:16

C’est la semaine québécoise des familles, quel beau prétexte pour mettre le trouble poser la question :

Les parents sont-ils plus heureux dans la vie que les non-parents? Ou est-ce l’inverse?

Mais  non, ce n’est pas pour partir la chicane, voyons. De toutes façons, comme toutes les trop grandes questions, il n’y a pas de réponse universelle. Chacun a sa petite réponse personnelle.

Mais on peut au moins voir les grandes tendances. Il y a quelques années, une étude avait créé une onde de choc en affirmant que les parents étaient relativement malheureux dans la vie. Hein?!!

Rassurez-vous, deux nouvelles études américaines parues début mai  nous apprennent des trucs intéressants :

- Présentement, les gens qui ont des enfants ont tendance à être plus heureux dans la vie que les non-parents.

- Mais ça n’a pas toujours été le cas : Entre 1985 et 1995, les parents étaient moins heureux que les personnes sans enfants.

- Le niveau de bonheur fluctue dépendamment de l’âge où on devient parent.

- Le niveau de bonheur fluctue aussi avec le nombre d’enfant que nous avons.

Intéressant. Comment expliquer cette baisse de bonheur entre 85 et 95? Votre hypothèse vaut la mienne. Seraient-ce les mêmes chiffres au Québec? Ici c’était l’époque de la vague de divorces, des enfants aux noms de famille doubles, de la génération Y qui vivait avec la clé de la maison dans le cou, des enfants-rois et de la récession... Les parents avaient peut-être moins de temps, moins de soutien et  surtout moins de services. Rappelez-vous, c’était avant le congé parental, les CPE et … avant Yoopa!

***

Une autre donnée de cette étude qui  va vous faire réagir :

- Le niveau de bonheur augmente beaucoup chez les couples qui ont un premier enfant.
- Au 2e enfant, le niveau de bonheur augmente, mais juste un peu.
- Au 3e enfant, ça n’augmente plus du tout, et ça peut même descendre.

En tant que p’tit dernier d’une famille de 3, je m’excuse auprès de mes parents…

***

Bon, c’est vrai que la vie des parents n’est pas toujours rose. Avec des enfants, le niveau de bonheur (et de stress) n’est jamais stable. Le manque de sommeil, la gestion du quotidien, la discipline, les devoirs, la peur qu’ils se fassent mal, les sorties imprévues, les tracas de santé… Non, on ne passe certainement pas nos journées avec le sourire étampé dans le visage.

Les enfants nous emmènent aussi des questionnements sur nous-mêmes, nous forcent à sacrifier beaucoup de choses, à faire des choix difficiles et à perdre de belles opportunités.

Et finalement, les enfants nous font découvrir une nouvelle émotion très angoissante: la sensation que le temps passe trop vite. Mêmes les souvenirs les plus heureux peuvent devenir douloureux, juste parce qu’ils appartiennent au passé. Mais bon, j’ai déjà écrit un billet complet là-dessus, je ne vais pas recommencer mes plaintes de papa nostalgique.

Alors au bout du compte, est-ce qu’avoir des enfants nous rend plus heureux?


Si je vous pose la question, c’est que pour moi, la réponse est ridiculement claire. JAMAIS je n’aurais pu être aussi heureux sans avoir des enfants. Jamais.
Des millions? Un harem? Être le roi du monde? Rien de tout ça ne me procurerait plus de bonheur que cette vie toute simple à essayer d’élever mes deux petits faiseurs de troubles.

Ils ont beau mettre le bordel, me donner des cheveux gris, écourter mes nuits et me faire sentir incompétent, ils n’ont aucune chance de faire sentir malheureux.

Je suis fou de même. Vous autres aussi, hein?

Pour suivre Louis-Simon: http://www.facebook.com/pageLSF

Laissez un commentaire

Photo de Louis-Simon Ferland

Louis-Simon Ferland

Blogueur

Voir tous les billets >>

L'infolettre

Les incontournables

Sondage

De quelle façon magasinez-vous les fournitures scolaires?
Voir tous les sondages >>