PUBLICITÉ

Les mensonges des petits : grave ou non?

Comportements image article
 
Vos enfants mentent à l’occasion? Ne paniquez pas. Ce n’est pas nécessairement inquiétant. Mentir peut découler de différentes intentions. À nous, comme parents, de comprendre les mensonges de nos petits et d’y réagir.
 
Mentir est une tactique que bien des enfants expérimentent. Il y a différentes intentions derrière les mensonges. Souvent, lorsque les enfants sont petits, ils s’expliquent du fait que les enfants sont en pleine phase de fantaisie. Leur imagination est très grande et ils arrivent difficilement à faire la différence entre celle-ci et la réalité. Mais, un enfant peut aussi mentir pour d’autres raisons.
-       Protéger quelqu’un ou lui-même;
-       Redorer son estime de soi;
-       Manipuler quelqu’un en vue d’obtenir quelque chose;
-       Faire quelque chose d’interdit sans se faire prendre;
-       Déformer la réalité pour éviter un conflit, une confrontation, une punition ou une réprimande;
-       Attirer l’attention ou plaire;
-       Provoquer les autres.
 
Si mentir n’est pas nécessairement grave, il faut tout de même agir comme parent afin que le mensonge ne devienne pas la façon facile, pour l’enfant, d’obtenir ce qu’il veut ou pour qu’il ait l’impression de « gagner ». Autrement, si on laisse passer les mensonges, on envoie comme message à l’enfant, qu’il est correct d’agir ainsi. Et on met donc le pied dans un engrenage néfaste et on peut prédire que l’enfant recommencera.
 
Voici comment on peut réagir une fois qu’on a compris ce que « cache » le mensonge de notre enfant.
 
Lui dire qu’on sait qu’il a menti et valider avec lui la « raison » derrière son mensonge. « Je crois que tu ne m’as pas dit que c’était toi qui a brisé la manette parce que tu avais peur de te chicaner! Ce n’est pas ce que tu voulais, mais c’est arrivé quand même. », « Je crois que tu sais que tu as mal agi », « Est-ce que ça se pourrait que tu sois en colère contre moi et que tu cherches à me contrarier? ».
Privilégier la réparation. On est conséquent et on demande à l’enfant de réparer son geste. Il doit comprendre que son geste a des conséquences et qu’il doit les assumer.
Miser sur la confiance. On rappelle à notre enfant que le fait que dire la vérité fait en sorte que les autres ont confiance en nous. On lui pose la question inverse « Comment tu te sens quand les autres te mentent? ». On aide ainsi notre enfant à comprendre les effets des mensonges.
Valoriser la vérité. Si on s’efforce de valoriser la vérité dans notre vie de tous les jours, notre enfant comprendra mieux sa valeur. Si notre enfant ment dans le but d’impressionner, on lui rappelle qu’on l’aime tel qu’il est. On doit aussi lui souligner qu’il est normal, pour tous, de faire des erreurs ou se tromper, mais duper les autres – tricher, mentir, etc. — n’est pas une solution.
L’aider à faire la différence entre son imaginaire et la réalité avec des phrases qui l’amène à faire la distinction entre ses désirs, ses envies et la vraie vie :  « Je sais que tu aimerais être capable de… ».
 
À lire
Petits silences, petits mensonges. Le jardin secret de l’enfant. Par Dana, Castro, Albin Michel, 2014. ISBN : 9782226230928