PUBLICITÉ

Il refuse de s’essuyer les fesses tout seul à 5 ans

Développement de l'enfant 4-5 ANS image article

Question :

Bonjour!
 
Mon garçon de 5 ans refuse de s'essuyer les fesses lorsqu'il fait caca. C'est toujours la guerre. Il a un énorme dégoût et je ne sais pour quelle raison. Nous l'essuyons toujours. J'ai essayé de lui montrer, mais il ne veut rien savoir. J'ai essayé de l'ignorer et de le laisser sur la toilette pour qu’il en vienne à le faire lui-même mais il n'y a rien à faire. Il fait la crise et se fait du mal. Je suis très découragée. Avez-vous des trucs à me donner? Y a-t-il des choses que je pourrais lui dire pour qu'il n’ait pas autant de dégoût?
 
Merci!
 
Karine

 

Réponse :

Bonjour Karine,

Bien que vous soyez découragée, il ne faut pas lâcher. Vos choix d’intervention sont bons! :) Votre enfant a 5 ans et je présume sans retard quelconque étant donné que vous ne l’avez pas mentionné. Par conséquent, il est tout à fait capable de le faire seul. Je commencerais par lui dire très clairement vos attentes. Prenez le temps de vous asseoir et de lui annoncer votre décision en le regardant dans les yeux. Même s’il détourne le regard, continuez. 

« À partir de maintenant mon chéri, tu devras t’essuyer tout seul comme un grand quand tu iras faire caca. Papa et moi n’irons plus le faire à ta place car tu es assez grand pour le faire. C’est ta responsabilité même si tu n’aimes pas ça et que tu trouves que ça sent pas bon. C’est comme ça pour moi, pour ton papa, c’est comme ça pour tout le monde mon chéri. Tu peux choisir d’apprendre et de le faire seul ou bien de refuser et de te fâcher. Mais même si tu te fâches très très fort et que tu cries très très fort, papa et moi ne viendrons pas t’essuyer et tu ne sortiras pas de la salle de bain tant que tu ne te seras pas essuyé. C’est donc à toi de choisir si tu préfères te dépêcher à le faire pour pouvoir retourner jouer ou bien passer plusieurs heures dans les toilettes à ne pas pouvoir faire autre chose. Moi je suis sur que tu vas y arriver. »

Une fois que vous lui aurez communiqué ce que vous attendiez de lui, le sujet sera clos. La prochaine fois qu’il ira à la toilette et criera pour que vous veniez l’essuyer, vous pourrez lui rappeler, avec un ton de voix calme et neutre, que la réponse est non et qu’il devra le faire tout seul. Par la suite, vous devrez l’ignorer complètement. AUCUNE ARGUMENTATION OU NÉGOCIATION. Ne répondez pas à tout ce qu’il vous crie et allez vaquer à vos occupations. S’il le faut, changez d’étage ou allez prendre l’air sur le perron si ses cris viennent trop vous chercher.  Au début, il sera probablement encore plus fâché de vous entendre faire vos choses comme d’écouter la télé par exemple, mais il le fera un jour ou l’autre. Il aura faim, il aura soif, il sera fatigué, il voudra écouter son émission préférée, etc. Il est possible que ce soit très long la première fois avant qu’il se décide à s’essuyer, mais ne cédez surtout pas.

Par mesure de sécurité, assurez-vous qu’il n’y ait rien d’accessible qui pourrait être dangereux s’il décidait de lancer des objets. De plus, il serait préférable, à mon avis, de commencer cette approche le vendredi soir afin d’avoir toute la fin de semaine devant vous où vous n’aurez pas à céder parce que vous devez partir au travail par exemple. Si jamais il réussi à faire un dégât quelconque pendant sa crise, continuez de l’ignorer. Une fois qu’il sera revenu au calme et qu’il aura essuyé ses fesses vous pourrez le féliciter d’abord de l’avoir fait tout seul et vous pourrez ajouter, sur un ton calme : « ouf, tu étais très fâché on dirait. Maintenant, tu dois nettoyer et ramasser avant d’aller jouer mon chéri. Tu pourras sortir lorsque tu auras terminé. » Vous pourriez même lui parler de ce que vous allez faire dès qu’il aura terminé. « Vite coco, dépêche-toi, tu vas pouvoir m’aider à faire des muffins. »

Si vous avez oublié un objet avec lequel il peut se blesser, entrez le récupérer de façon détachée sans regarder votre fils et ressortez tout aussi calmement. Vous dites qu’il peut parfois se blesser volontairement, je vous invite donc à lire un précédent billet sur le sujet « Au secours, il se frappe! ». Bien qu’impressionnant et difficile pour le cœur des parents, il ne doit pas en retirer trop d’attention sinon, il est possible qu’il répète le comportement. 

Bien évidemment, pour que cette intervention soit efficace, votre conjoint et vous devrez faire la même chose. La cohérence et la constance sont des éléments clés au succès d’une intervention.

Bonne chance!

Hélène Fagnan
Coach familial
Fondatrice de Nanny secours
www.nannysecours.com

 

Vous aimeriez poser une question à l'expert? Écrivez ici!