PUBLICITÉ

Pour une période des devoirs et leçons zen

Développement de l'enfant image article

La période des devoirs et leçons est pénible pour bien des enfants… et parents. Après une longue journée d’école ou de travail, la concentration et la patience ne sont pas toujours au rendez-vous. Heureusement, il existe certaines stratégies pour agrémenter cette période.

Mettre en place une routine

La routine, qu’on l’apprécie ou non, comporte de nombreux avantages. Elle permet d’instaurer de bonnes habitudes de travail, de sécuriser les enfants au tempérament inquiet et, surtout, d’éviter une guerre mondiale quotidienne.

Mais avant d’établir une routine, posez-vous la question suivante : « Quel est le meilleur moment ? » Le matin avant de partir pour l’école ? Avant souper ? Après souper ? La réponse dépendra du niveau d’énergie de votre enfant et des contraintes de temps, comme votre horaire de travail et les activités parascolaires. Prenez le temps d’en discuter avec votre enfant afin de trouver le moment le plus propice.

Certaines familles décident de consacrer leur samedi ou dimanche matin aux devoirs et leçons, ce qui permet d’alléger les soirs de semaine. Une option intéressante !

Jouer son rôle de parent

En tant que parent, votre rôle par rapport aux devoirs et leçons consiste à encourager votre enfant, à le guider dans l’apprentissage de bonnes pratiques (prendre son temps, relire ses devoirs attentivement afin de repérer et de corriger ses erreurs, remettre des travaux propres, étudier au fur et à mesure la matière, etc.) et à répondre à ses questions.

À ce propos, s’il s’agit d’une notion que vous ne maîtrisez pas (si ça fait 20 ans que vous n’avez pas fait d’algèbre, par exemple) ou que vous avez droit à un « Maman, tu ne comprends jamais rien », inutile de vous lancer dans des recherches approfondies. Votre enfant pourra poser ses questions à un enseignant (c’est son travail, sa spécialité) le lendemain ou communiquer avec un intervenant d’Alloprof par téléphone ou texto, du lundi au jeudi, entre 17 h et 20 h.

Quelques conseils

Votre enfant a du mal à rester en place ? Alternez les périodes de travail et les courtes pauses. Par exemple, il pourrait travailler pendant 20 minutes, prendre 5 minutes pour aller jouer au ballon, revenir à ses devoirs, et ainsi de suite.

Autre solution pour un petit « gigoteux » : lui permettre d’alterner les positions : assis sur une chaise pour réaliser son devoir, debout pour lire, allongé pour épeler ses mots de vocabulaire, assis sur un ballon d’exercice pour répondre à des questions de science…

Vous aimeriez bien superviser votre enfant, mais manquez de temps ? Cessez de culpabiliser. N’hésitez pas à demander un coup de main, que ce soit à son grand frère ou à sa grande sœur, à un élève plus âgé ou à un tuteur. Notons que plusieurs écoles offrent le service d’aide aux devoirs ou de tutorat : fort utile pour bien des parents pressés.

En terminant, si vous félicitez votre enfant lorsqu’il termine une période de devoirs ou réussit un exercice difficile, vous renforcerez son sentiment de compétence et sa motivation. Gageons que la séance de torture se transformera petit à petit en moment agréable.

Cet article vous a plu ? Ceux-ci pourraient également vous intéresser :

Jusqu’où s’impliquer dans le parcours scolaire de son enfant ?

4 astuces pour dynamiser la période des devoirs et leçons

Cet article est une collaboration de Succès Scolaire, une entreprise vouée à la réussite scolaire des élèves des niveaux primaire, secondaire et collégial. Elle offre des services d’aide aux devoirs, de rattrapage scolaire, d’enrichissement et de préparation aux examens.