PUBLICITÉ

5 conseils pour en finir avec les difficultés scolaires!

Écoles et études image article
Présenté par

Au cours de la prochaine année, plusieurs parents devront apprendre à gérer les difficultés scolaires de leur enfant. Voici donc cinq façons de prêter main-forte à votre petit écolier en détresse, de la maternelle au secondaire…

Tout d’abord, faisons la distinction entre les termes « difficulté scolaire » et « trouble d’apprentissage » : si le premier, celui qui nous concerne, est temporaire (problème de concentration, retard dans une matière précise, baisse dans les résultats, etc.), le second est généralement permanent et doit faire l’objet d’un suivi adapté (dyslexie, dysphasie, trouble de la mémoire, trouble du déficit de l’attention, etc.).

Notons ensuite que les précieux conseils prodigués par l’orthopédagogue et conseillère d’orientation Sara Savoie peuvent s’appliquer à tous les niveaux scolaires, mais qu’il faut respecter le développement de l’autonomie de l’enfant en lui donnant un peu plus de responsabilités chaque année afin qu’il apprenne à se prendre en charge.

1. Trouver la cause :

Est-ce que les difficultés scolaires font suite à un événement douloureux vécu par l’enfant (déménagement, séparation des parents, deuil, etc.)? Découlent-elles d’un besoin primaire à combler (sommeil, alimentation, etc.)? Sont-elles dues à un problème physique (myopie, surdité partielle, etc.)? Travailler sur la source du problème permet en général à l’enfant de retomber vite sur ses pieds sur le plan académique.

2. Identifier la nature :

L’enfant peut éprouver un problème scolaire très précis, en lecture ou en calcul, par exemple. En identifiant rapidement la nature exacte de la difficulté, on évite ainsi de laisser aller les choses et de les compliquer; car, plus les difficultés s’accumulent, plus c’est ardu pour les parents de reconnaître la véritable faiblesse de leur rejeton!

3. Entretenir une bonne communication avec l’école :

Le personnel enseignant est le mieux placé pour évaluer l’apprentissage de leur élève et identifier les points à travailler. De plus, une bonne communication avec les enseignants permet aux parents de noter les lacunes entre ce qui a été vu à l’école et ce que leur enfant a compris et retenu des matières enseignées. Les éducateurs des services de garde qui font de l’aide aux devoirs sont également de bons dépisteurs de difficultés.

4. Faire appel aux bonnes ressources :

Les professionnels en mesure d’aider les élèves qui éprouvent des difficultés scolaires sont multiples : tutorat par les pairs, enseignants privés, orthopédagogues, les services d’Allô prof sur le web ou par téléphone (1 888 776-4455), par exemple. Il importe donc de faire appel à la ressource adéquate en fonction des besoins de l’enfant.

5. Utiliser le renforcement positif :

Même si l’enfant montre des difficultés dans certaines matières, il possède très certainement des forces dans d’autres. Profitons-en pour les souligner et le féliciter quand il fait des bons coups! On peut également faire participer les autres enfants de la famille lors de la période des devoirs, mais on évite de les comparer entre eux, ce qui minera le moral de celui qui éprouve des problèmes à coup sûr…

Finalement, visitez le site web de l’Association des orthopédagogues du Québec, sous l’onglet « Trouver un membre en pratique privée », afin de dénicher un ou une orthopédagogue dans votre région. Ces professionnels pourront, en une ou plusieurs rencontres, cerner les besoins de votre enfant et dresser un plan d’intervention approprié afin de l’aider le plus rapidement et le plus efficacement possible.



Retour au dossier

Tout sur la rentrée!