PUBLICITÉ

Doit-il savoir lire et compter avant d'aller à l'école?

Écoles et études 6-7 ANS image article
Retour au dossier
Tout sur la rentrée

La concurrence existant dans notre société est telle que certains parents se demandent s’il est bon de donner une certaine avance à leur enfant en lui apprenant à lire et à écrire avant l’entrée à l’école. Si des rudiments de base sont nécessaires, ce n’est pas nécessairement une bonne idée de faire la classe… avant la classe.

Les pour et les contre

  • Connaître certains éléments de base peut donner confiance à l’enfant.
  • Il y a des cas où on envisage de demander une dérogation pour faire commencer l’école plus tôt à l’enfant ou même lui faire «sauter» une année. Des connaissances précoces peuvent alors l’aider à s’ajuster à la classe. 
  • Il n’est pas souhaitable cependant que l’enfant connaisse le programme de son année scolaire avant même de l’avoir commencé, car l’école risque alors de lui paraître ennuyeuse. 
  • Aucune étude n’a pu démontrer que le fait d’avoir des connaissances précoces était un gage de réussite scolaire par la suite. 
  • L’enfant se retrouve en position de «moi, je sais déjà» par rapport aux autres élèves, ce qui peut nuire à son intégration sociale.

Les acquis souhaitables avant l’entrée à l’école

Cela ne veut pas dire que le parent ne doive pas stimuler son enfant! Mais les habiletés de base que l’enfant doit acquérir sont de l’ordre de l’autonomie.

À son entrée à l’école, il serait bon – et même essentiel! – que l’enfant:

  • puisse s’identifier, connaître son nom, son âge;
  • ait une bonne motricité globale, par exemple qu’il sache monter et descendre un escalier, faire des culbutes, se tenir sur une jambe, faire du vélo, attraper et lancer un ballon, etc.; 
  • ait développé sa motricité fine, en particulier qu’il sache découper avec des ciseaux, tenir un crayon, empiler des pièces de monnaie, boutonner et déboutonner un gilet, plier une feuille de papier, enfiler des perles sur une ficelle pour faire un collier, etc.; 
  • puisse reconnaître les différentes parties de son corps; 
  • sache distinguer la gauche de la droite sur lui et sur autrui; 
  • soit capable de se situer dans l’espace avec les notions dessus, dessous, devant, derrière, près, loin, etc., et reconnaisse son quartier, sa rue; 
  • connaisse les formes de base, soient le rond, le carré, le triangle et le rectangle; 
  • possède des notions du temps comme les jours de la semaine, les heures, les minutes, hier, aujourd’hui, demain, lent, rapide, etc.; 
  • soit capable de mémorisation visuelle et auditive; 
  • soit suffisamment autonome sur le plan affectif, capable de vivre une séparation temporaire d’avec ses proches.

Lui donner le goût de la lecture et des mathématiques

La meilleure façon de le motiver à l’apprentissage de la lecture et des mathématiques consiste tout simplement à le sensibiliser au travers des activités quotidiennes. Vous pouvez:

  • lui lire régulièrement des livres en suivant avec le doigt pour qu’il réalise que vous n’inventez pas l’histoire mais que vous suivez un texte;
  • lire vous-même régulièrement le journal ou des livres, ce qui lui donne un modèle à suivre; 
  • lui fournir des livres dans son environnement pour qu’il s’habitue à les feuilleter, à les regarder; 
  • lui lire aussi ce qui se trouve sur les publicités, les boîtes de céréales, la liste d’épicerie, etc.; 
  • lui apprendre à lire et à écrire son nom; 
  • lui apprendre à compter jusqu’à 12; 
  • aménager un coin de la maison où il y a du papier, des crayons et des livres; 
  • lui dire combien vous êtes dans la famille, combien il a de frères, de soeurs, etc.

Si l’enfant a acquis ces aptitudes, c’est qu’il est prêt pour l’école.

 

__________________

Cet extrait est tiré du livre:
Des solutions pour les familles d'aujourd'hui

par Joe-Anne Benoit

Publié aux Éditions Quebecor
www.quebecoreditions.com