PUBLICITÉ

Il n'a pas d'amis, est-ce normal?

Écoles et études image article
Retour au dossier
Tout sur la rentrée

Qu'ont en commun Étienne, 40 mois, et Jean, 6 ans? Tous deux éprouvent de la difficulté à s'intégrer à un groupe d'amis. Face à leur attitude distante et renfermée, leurs parents s'inquiètent. Que faire? Voici quelques conseils pour aider vos enfants à socialiser à la garderie, au primaire et au secondaire.

À la garderie (de 0 à 5 ans)

Portrait d'un enfant en difficulté (Étienne, 40 mois)

Seul au milieu de la pièce, Étienne joue calmement avec un jouet, qu'il ne réclame pas quand un autre enfant le lui enlève. Il lui arrive de se mettre à pleurnicher, mais on ne parviendra pas facilement à le consoler. Il reste là à attendre on ne sait trop quoi. Même lorsqu'un de ses parents arrive, Étienne ne bouge pas. Il continue à pleurnicher et attend qu'on le prenne dans les bras. Il donne le sentiment d'être inerte, de n'avoir aucun intérêt…

L'opinion du psy

Selon le Dr Pierre Foucault, Ph. D., ce portrait montre qu'à cet âge, si la base de sécurité n'est pas intériorisée ou si elle s'effrite, l'enfant cesse d'apprendre et d'explorer, et il peut même se faire exclure de son groupe. Il faut donc aider Étienne avant qu'il ne soit trop tard.

«L'importance et le rôle de l'amitié diffèrent selon le groupe d'âge auquel appartient l'enfant», explique Brenda LeBlanc, auteure du livre Si mon dessin t'était conté, publié aux Éditions Publistar. Et plus le lien d'attachement avec les parents est sécurisant, plus il est facile de se faire des amis. Elle ajoute que le comportement des filles diffère de celui des garçons au sein d'un groupe. «La petite fille qui a de la difficulté à s'intégrer aura tendance à s'isoler et à jouer toute seule.» Le garçon, par contre, tentera de s'imposer aux autres et à être plus agressif.

Que faire?

• D'abord, être à l'écoute de notre enfant et s'informer régulièrement de son comportement auprès de son éducateur.
• Créer une atmosphère familiale sécurisante en lui posant des questions pour le faire parler («Comment s'est passée ta journée à la garderie? Avec qui as-tu joué? As-tu eu du plaisir?», etc.)
• L'amener à développer des aptitudes sociales en lui proposant des jeux de collaboration (casse-tête, jeux de société).
• Favoriser les interactions avec d'autres enfants (par exemple au parc) ou les situations au cours desquelles le petit doit partager ou attendre son tour, et observer comment il se comporte en présence de ses pairs.
• Évaluer la possibilité que notre enfant soit très timide. Il aura alors besoin de plus de temps pour se lier aux autres. Il est nécessaire, dans ce cas, de favoriser les jeux en petits groupes.

Des erreurs à éviter

• Ne jamais ignorer la situation, car notre petit aura tendance à s'isoler davantage ou à devenir plus agressif.
• Il est inutile d'accuser les amis ou le service de garde d'être responsable du comportement de notre enfant. C'est un réflexe normal que de vouloir le protéger. Pourtant, selon Brenda LeBlanc, «même s'il est vrai que certains enfants plus fragiles deviennent parfois des boucs émissaires, la plupart du temps il s'agit d'interactions négatives venant de l'enfant lui-même».

Page 1 | Il n'a pas d'ami, est-ce normal?
Page 2 | À l'école primaire
Page 3 | Au secondaire