PUBLICITÉ

La dérogation scolaire: pour ou contre?

Écoles et études image article

Tous les parents croient que leurs enfants sont les plus talentueux, les plus intelligents. Bien qu'il soit vrai que des enfants ont un développement intellectuel plus rapide et possèdent plus de capacités que d'autres, la plupart suivent la tendance normale et sont prêts à entrer à l'école à l'âge prévu.

Pour qu'un enfant soit admis à la maternelle, il doit avoir cinq ans avant le 30 septembre de l'année en cours.

Pour entrer en première année, il doit avoir six ans avant le 30 septembre. Si l'enfant a cinq ans (maternelle) ou six ans (première année) après cette date, il devra attendre l'année suivante pour faire son entrée à l'école. La dérogation consiste à accepter un enfant qui n'a pas encore l'âge requis.

Il est certainement plus facile d'obtenir une dérogation pour un enfant né en octobre ou en novembre. Si le petit est né plus tard, il faut bien s'informer et s'assurer de plusieurs choses avant de faire une demande. Il faut aussi savoir qu'un enfant né après le 30 septembre ne «perd» pas son année, qui lui sera, au contraire, très bénéfique: il en profitera pour s'amuser, pour socialiser et pour acquérir de la maturité et des habiletés essentielles à son intégration scolaire.

La date limite

En général, la date limite pour faire une demande de dérogation pour l'année en cours est le 31 mars. Cependant, chaque commission scolaire a ses échéanciers. Les enfants doivent être évalués selon plusieurs critères (motricité, autonomie...) et sur le plan psychologique.

Les étapes à respecter:

Mettre par écrit les raisons pour lesquelles on désire faire une demande de dérogation. Noter les comportements observés chez notre enfant ainsi que les points pertinents pouvant justifier la demande de dérogation. Communiquer avec la commission scolaire pour obtenir plus de renseignements sur les procédures de demande, car elles peuvent différer d'une commission scolaire à une autre. Faire évaluer notre enfant par un psychoéducateur ou un psychologue, qui nous expliquera ce qu'il a observé. Présenter le rapport à la commission scolaire avant le 31 mars.L'évaluation psychologique porte sur les points suivants:

La capacité intellectuelle: notre enfant doit se démarquer sur les plans verbal et non verbal. Il doit avoir de la facilité à s'exprimer et à interagir avec autrui.

La maturité socioaffective: Par l'observation en garderie ou en situation de socialisation, on pourra évaluer la maturité de notre enfant lorsqu'il est en présence de ses pairs.

Le développement psychomoteur: On portera particulièrement attention à la motricité fine chez notre enfant en évaluant sa manipulation des objets (crayons ou ciseaux, par exemple), sa connaissance de certaines parties de son corps, etc. On évaluera également sa confiance en lui, le développement de son autonomie, son comportement en groupe, sa capacité de concentration et sa persévérance.

L'évaluation coûte entre 400 et 600 $.

Page 1 | La dérogation: pour ou contre?
Page 2 | Avantages et inconvénients