PUBLICITÉ

La place des parents à l'école

Écoles et études image article
Présenté par

Chaque année, les rentrées scolaires sont marquées d'assemblées générales où les parents sont invités à joindre le conseil d'établissement de l'école. Mais quel rôle leur réserve-t-on?

Christiane Aubry

Christiane Aubry est mère de deux enfants et membre d'un conseil d'établissement depuis six ans. Elle a voulu participer au processus décisionnel dès l’entrée de son aînée à la maternelle et connaître un peu plus l'école qu'elle voyait comme «une grosse boite noire où on laisse l’enfant au bord de la clôture».

Père de cinq enfants, Serge Lefebvre s'est impliqué au sein du conseil d'établissement en 1998 d'abord pour avoir de l'information sur l'école et sur l'intégration de l'un de ses enfants, handicapé. Mais le rôle d’un parent au sein d’un conseil d’établissement va au-delà des besoins de son propre enfant, a réalisé Monsieur Lefebvre.

Le conseil d’établissement doit se prononcer sur le projet éducatif, le plan de réussite, le budget de l’école, les sorties éducatives, la grille-matière, etc.

«C’est un pouvoir d’influence», a décrit Serge Lefebvre. «On n’a pas de pouvoir décisionnel, c’est très peu ce qu’on peut faire.»

Conseil contre direction

Christiane Aubry a reconnu que les limites du conseil d’établissement sont celles «qui lui sont imposées par la loi», mais que la véritable embûche «c’est la volonté de la direction et de l’équipe école de partager les décisions avec les parents, de les accepter et de les reconnaitre comme de réels partenaires».

Comme un conseil d’établissement peut donner son aval sans contribuer, l’approbation sans débat (le rubber stamping) est un piège à éviter selon elle.

«On peut soulever des questions, mais on ne peut pas obliger la direction à nous répondre», a déploré Serge Lefebvre qui, même s’il dit que les bonnes expériences l’emportent, que le fonctionnement du conseil d’établissement est tributaire de la bonne ou de la mauvaise volonté de la direction.

«Étant donné la rotation de parents dans un conseil d’établissement, on a beaucoup de travail à faire sur la formation des parents, de faire en sorte qu’ils connaissent bien leurs rôles et responsabilités», a ajouté Christiane Aubry.

Impact positif?

La transparence et le respect de l’expertise de chacun des membres du conseil d’établissement sont des éléments nécessaires à son bon fonctionnement selon les deux parents rencontrés. Des documents donnés d’avance et des explications claires sur les postes budgétaires entre autres, a identifié Serge Lefebvre. Il ne faut pas avoir l’impression qu’il y a d’un côté les parents et de l’autre l’équipe école, selon Christiane Aubry.

Les deux parents sont persuadés que leur implication a un impact positif sur la réussite scolaire de leurs enfants en leur démontrant que l’école est importante pour eux. Il reste pourtant encore du chemin à parcourir pour que l’école reconnaisse «l’implication des parents comme un élément positif», a soutenu Serge Lefebvre.

 

Retour au dossier

Tout sur la rentrée!