PUBLICITÉ

Le bulletin déjà contesté

Écoles et études 6-7 ANS image article

Le nouveau bulletin scolaire promis aux parents québécois pour septembre prochain vient de frapper un mur. Les commissions scolaires critiquent vertement ce nouveau relevé de notes et demandent à la ministre de l'Éducation d'attendre un an avant de l'implanter.

Dans un avis transmis à la ministre Michelle Courchesne, la Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) déplore que ce nouveau bulletin ait été présenté à quelques jours de la fin des classes.

«[Cela] laisse vraiment trop peu de temps aux commissions scolaires et à leurs établissements pour s'approprier les changements qui devront être mis en place dès la prochaine rentrée scolaire», estime l'organisme.

La fin des compétences transversales

Après des mois de tergiversation, la ministre de l'Éducation a présenté, le 11 juin, le nouveau bulletin scolaire qui doit être implanté au Québec dès septembre.

Ce relevé de notes, qui se veut «plus clair», a éliminé l'évaluation des «compétences transversales» ainsi que l'évaluation «par cycles.»

Les élèves québécois seront dorénavant évalués lors de «quatre étapes», comme c'était le cas avant l'avènement de la réforme. Le gouvernement précise même les dates limites que les commissions scolaires devront respecter pour produire chacune de ces évaluations.

Le bulletin sera identique dans toutes les écoles, y compris au privé, et comportera une seule note par matière, sauf en français, mathématiques, anglais et sciences.

Salué par les directeurs d'école, qui y voient une façon de «sécuriser» les parents, ce nouveau bulletin suscite la grogne des commissions scolaires.

La présidente de la FCSQ, Josée Bouchard, confie qu'elle n'a pas été impressionnée par ce projet de la ministre Courchesne. Elle prévoit une rentrée «chaotique», si Québec va de l'avant malgré tout.

Josée Bouchard reconnaît que la mise en place d'un bulletin unique et identique partout au Québec «peut paraître séduisante», mais elle indique que son organisme y a relevé plusieurs incongruités.

Elle donne l'exemple de la 2e étape, qui ne compterait que 20 jours de classes, selon le scénario proposé par Québec. «Il y a le temps des fêtes en plein milieu, lance- t-elle. Ça n'a pas de bon sens. On ne comprend pas d'où ça sort, ni qui a proposé ça. »

En cédant une grande place à l'évaluation des «connaissances», la FCSQ constate à regret que ce nouveau bulletin semble marquer la fin de la réforme de l'éducation. Le hic, c'est que le curriculum en vigueur dans les écoles du Québec est basé sur ce «renouveau pédagogique».

Expérimentation

Josée Bouchard invite la ministre à reconsidérer ce nouveau bulletin.

Elle lui propose de procéder plutôt à une «expérimentation», l'an prochain, qui pourrait mener à la mise en place d'un nouveau relevé de notes un an plus tard.

Autrement, Mme Bouchard croit qu'on sera «obligés de critiquer le gouvernement, parce que les enseignants ne seront pas prêts.»

Au cabinet de la ministre Courchesne, on se contente de rappeler que ce projet de nouveau bulletin est soumis à une période de consultation de 45 jours.

«À la suite de cette consultation, tous les avis reçus seront analysés par le Ministère», dit l'attaché de presse de la ministre, Cédrick Beauregard.