PUBLICITÉ

Les magasins partage de la rentrée scolaire!

Écoles et études 6-7 ANS image article
Présenté par
Retour au dossier
Tout sur la rentrée

Difficile, pour un enfant, de commencer l'année scolaire du bon pied quand il n'a pas les fournitures nécessaires! C'est pour donner à tous les mêmes chances de réussite que les magasins-partage de la rentrée ont été créés!

Les Magasins-Partage de la rentrée existent à Montréal depuis 2001. Précédemment, ce type de ressource n'était offert qu'à l'occasion de Noël. Les organisateurs se sont rendu compte, depuis, que les besoins étaient encore plus criants au moment de la rentrée scolaire. «À cette période de l'année, il n'y a pas que les gens bénéficiant de l'aide sociale qui n'arrivent pas, mais aussi beaucoup de petits salariés», souligne Sylvie Rochette, directrice générale du Regroupement des Magasins-Partage.

Tout arrive en même temps: le dernier versement pour les camps de jour, l'acquisition des fournitures scolaires, l'achat des vêtements pour la saison, etc. Il fallait faire quelque chose.

Quatorze Magasins-Partage de la rentrée, situés dans autant de quartiers de Montréal, ouvrent donc leurs portes, chaque année, au cours de la semaine précédant la rentrée scolaire. Ils donnent, à chaque enfant inscrit, un sac à dos rempli de fournitures scolaires (crayons, feuilles, effaces), de cahiers d'exercices dont il a besoin, ainsi qu'une boîte à lunch isolante. Et ils invitent ses parents à venir y faire l'épicerie pendant une semaine! «Cela leur permet de libérer un peu d'argent pour les autres dépenses!», de commenter Mme Rochette.

Afin de procurer le matériel adéquat aux enfants, les responsables des achats travaillent à partir des listes d'effets scolaires fournies par les écoles. Pour déterminer qui peut avoir recours à leurs services, ils rencontrent les gens qui en font la demande individuellement et évaluent leurs besoins.

Dans la dignité

Les Magasins-Partage de la rentrée fonctionnent comme de petites épiceries de quartier. «L'accueil y est chaleureux, l'atmosphère festive et les gens se sentent respectés», dit Mme Rochette. Ils choisissent biens et denrées selon leurs goûts et leurs besoins particuliers. Pour les denrées alimentaires, on demande un montant représentant 10 % du prix réel. «Ainsi, les gens n'ont pas l'impression de quémander», ajoute-t-elle. Les profits sont réinjectés dans le magasin, ce qui permet de raccourcir les listes d'attente.

Cet automne, les Magasins-Partage de la rentrée aideront 2 400 enfants. «Mais si on considère qu'un enfant sur trois ne mange pas à sa faim à Montréal, ce n'est pas beaucoup!», de lancer Mme Rochette.

Les Magasins-Partage peuvent garnir leurs tablettes grâce aux dons en argent et en biens que leur fournissent organismes, syndicats et entreprises. Ils effectuent aussi des campagnes de financement, dont une en août destinée au grand public.

Un réseau d'entraide

Comme chaque Magasin-Partage travaille en collaboration avec les organismes communautaires de son quartier, avec des gens du milieu de l'éducation et des services sociaux, il constitue la porte d'entrée d'un vaste réseau d'entraide local. En s'inscrivant, les participants sont dirigés, selon leurs besoins, vers les cuisines collectives, l'aide aux devoirs, un service en toxicomanie, etc. «On aide ainsi les gens toute l'année. De cette façon, on contribue à donner aux enfants les conditions qui leur permettent de réussir, de décrocher un jour un diplôme et de trouver un bon emploi», de conclure Mme Rochette.

Divers programmes de soutien existent au Québec et certaines écoles ont des fonds de dépannage. Pour les connaître, adressez-vous à votre école de quartier ou à votre commission scolaire.

Pour effectuer un don ou vous inscrire dans un Magasin-Partage: 514 383-2460 ou www.rmpim.org