PUBLICITÉ

Pour encourager les enfants à participer

Écoles et études 6-7 ANS image article
Retour au dossier
Tout sur la rentrée

Picasso junior brandissait sa feuille en poussant de grands cris de joie. Après des semaines, voire des mois d'efforts en dents de scie, il avait enfin réussi à accumuler ses 150 collants.

La récompense tant convoitée n'attendrait pas une minute de plus. Vite, il fallait stopper toute activité et prendre la direction du magasin de jouets le plus près.

Du coup, petit Futé a fondu en larmes. C'était trop injuste. Pourquoi son frère et pas lui ? La crise a duré quelques minutes, puis le miracle s'est produit. C'était donc vrai. Cette histoire de collants pouvait vraiment aboutir à quelque chose de concret. Son frère allait bientôt parader fièrement devant lui avec son nouveau Bionicle alors que lui devrait se contenter des vieux croûtons démodés qui traînaient dans le fond d'une boîte au sous-sol.

Eh bien non, les choses ne se passeraient certainement pas ainsi. Fiston, ébranlé dans son orgueil, venait de prendre une grande décision: il a retroussé ses manches et s'est mis au travail. Peu importe le prix à payer, il allait triompher, lui aussi. Après tout, il ne lui manquait qu'une trentaine de collants pour arriver à ses fins.

Une mère épatée

En moins d'une heure, il avait fait son lit, ramassé ses vêtements, rangé ses livres, nourri le chien, fait le gros ménage du sous-sol et passé l'aspirateur. Ouf! Maman allait être impressionnée, c'est certain. Après un exploit pareil, elle allait certainement mettre le paquet. L'effort valait bien cinq collants de plus.

Il avait bien raison. J'étais épatée. Pour tout vous dire, cet épisode fut une révélation: pour la première fois dans ma vie de mère, je pouvais crier victoire. J'avais enfin réussi à mettre sur pied un système de récompense à la fois simple et efficace qui tenait la route plus de deux semaines.

Il faut dire que depuis quelques années, nous avons tout essayé pour encourager les enfants à participer aux tâches dans la maison. D'abord le fouet - pas très pacifique, j'avoue, et puis ça laisse des traces (je blague là, n'appelez pas la DPJ) -, puis les menaces, les conséquences, le jeu, la musique, sans oublier les crises de nerfs.

J'ai même inventé des faux dollars en papier que les enfants accumulaient en échange de vrais dollars. Les dollars se perdaient, il fallait les découper, les protéger des voleurs, bref, c'était franchement moche et ça n'a pas duré. En réalité, aucune de ces méthodes n'avait réussi à franchir le cap des deux semaines.

Puis, un jour de printemps, en revenant de faire des courses, j'ai été frappée par un nouvel éclair d'inspiration. J'allais mettre sur pied un système de points récompenses, comme le club Z et la carte Air Miles. Si ça fonctionne avec les grands, pourquoi pas avec les petits ?

Le concept

Le concept est fort simple: une feuille blanche par enfant que vous affichez bien en vue sur le frigo et plusieurs feuilles de collants rangées dans une chemise tout près (hors de leur portée afin d'éviter la triche). Vous déterminez ensuite le nombre minimum de collants qu'il leur faudra accumuler pour avoir droit à une récompense. J'ai fixé ce nombre à 150 collants, soit l'équivalent d'une récompense de 15$ (c'est le prix d'un Bionicle). Ça me semblait raisonnable.

Si les enfants réussissaient à effectuer un minimum de cinq petites tâches par jour (par exemple faire leur lit, mettre la table, desservir la table, ranger leurs jouets, nourrir le chien, ranger leur chambre), il leur faudrait un minimum d'un mois pour atteindre leur but.

Le premier grand gagnant de la famille Big a mis trois mois pour atteindre le sien. Il y a eu des temps morts, des moments de découragement, mais chaque fois qu'un besoin matériel non essentiel surgissait, je répétais la même rengaine: «Combien de collants as-tu accumulé déjà?» Il soupirait et partait faire son lit, faire de l'ordre dans sa chambre ou promener le chien pendant que je jubilais en silence.

Évidemment, ils ont toujours la possibilité de faire du zèle afin de toucher leur prime plus rapidement et même de gagner plus d'un collant pour certaines tâches particulièrement bien accomplies ou jugées plus difficiles. Mais soyez sans crainte, les enfants acceptent rarement de faire du zèle, à moins de ressentir un besoin très pressant d'obtenir le dernier Bionicle qui manque à leur collection.Sur ce, bonne rentrée à vous tous. Si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à m'écrire et à me faire part de vos solutions miracles pour encourager vos enfants à collaborer aux tâches domestiques.