PUBLICITÉ

Quand l'école devient une arène...

Écoles et études 6-7 ANS image article
Présenté par
Retour au dossier
Tout sur la rentrée

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’intimidation n’est pas nécessairement synonyme de coups, blessures et bousculades. Cette violence gratuite, souvent vécue silencieusement, peut aussi se manifester sous d’autres formes plus insidieuses comme le taxage ou la violence verbale et psychologique. Il importe donc de détecter rapidement ces comportements afin de prévenir leurs effets dévastateurs sur le cheminement scolaire des victimes d’intimidation, des tyrans et des témoins de ces actes inacceptables.

Des conséquences à long terme

Les actes d’intimidation et de taxage vécus durant l’enfance peuvent avoir des répercussions jusqu’à l’âge adulte et ainsi hypothéquer la vie sociale et l’estime de soi de la personne qui en a été victime. Par exemple, celle-ci pourrait refuser certains privilèges ou offres intéressantes, voire s’empêcher de parler en public, par peur de la moquerie ou du jugement des autres.

À l’inverse, il peut arriver qu’un enfant victime d’intimidation décide à son tour d’agir en tyran avec certains de ses camarades. Ces phéno-mènes fréquemment observés en psychologie confirment l’impact de la violence reliée à l’intimidation et au taxage.

Bien que l’on puisse penser le contraire, les enfants intimidateurs souffrent aussi de leur comportement. Ils peuvent acquérir du pouvoir à court terme, mais les conséquences de leurs gestes se pointeront rapidement.

Les intervenants en milieu scolaire sont unanimes: si les intimidateurs ne sont pas pris en charge, ils voient leurs résultats scolaires diminuer, ils perdent leurs bons amis et courent plus de risques de commettre des actes d’ordre criminel.

Une fois devenus adultes, ils peuvent utiliser régulièrement la force, les insultes et l’agressivité pour obtenir ce qu'ils désirent puisque cela a toujours fonctionné de la sorte lorsqu’ils intimidaient leurs pairs à l’école.

Que faire?

Si vous constatez que votre enfant est victime d’intimidation, en a été témoin ou devient un petit tyran, n’hésitez pas à rencontrer les intervenants de l’école — enseignant, directeur, psychologue et orthopédagogue — afin d’établir un plan d’intervention pour contrer la situation et lui venir en aide. Ce plan consistera à noter par écrit les objectifs visés et les moyens d’intervention déterminés par les intervenants, l’élève et ses parents, à la suite de l’analyse des besoins particuliers du jeune.

Le saviez-vous?

  • La violence dans les écoles a augmenté de plus de 300 % en 15 ans.
  • Un acte d’intimidation se produit toutes les 25 minutes dans une salle de classe ou dans une cour d’école.
  • Près de 60% des garçons ayant eu recours à l’intimidation durant leur jeunesse posséderont un casier judiciaire avant l’âge de 24 ans.
  • Lorsqu’un ou plusieurs jeunes témoins d’intimidation interviennent en faveur de la victime, les actions intimidatrices cessent en moins de 10 secondes dans près de 60% des cas.

 

Page 1 | Quand l'école devient une arène...
Page 2 |  Comportement de l’enfant victime d’intimidation
Page 3 | Comportement de l’enfant intimidateur
Page 4 | L'intimidation, une affaire de gars ou de filles?

 

 

Sources: La télé et moi

http://www.cca-kids.ca/tvandme/index.html
Conseil supérieur de l'éducation