PUBLICITÉ

Six vérités sur les relations parents-enseignants

Écoles et études image article

« J’espère que mon enfant va aimer son professeur. » « J’espère que l’enseignant aimera mon enfant »

La plupart des relations entre les parents et les enseignants sont positives. La confiance et la bonne collaboration sont les conditions idéales pour la réussite. Cependant, puisque chaque parent est différent et que chaque enseignant l’est tout autant, il n’est pas rare d’être confronté à des situations de désaccord.

Dans de tels cas, voici six vérités qui viendront peut-être clarifier vos appréhensions.

Les tensions entre parents et enseignants sont normales.

 

L’enseignant doit d’abord tenir compte de l’intérêt général de la totalité de sa classe. Le parent, d’un autre côté, a en charge l’intérêt de son enfant.  Parfois, les deux visions sont conflictuelles et une rencontre s’impose. C’est lorsque le conflit persiste que ça devient un problème.

 

Les parents ont souvent peur du jugement.

Les parents d’élèves perçoivent souvent le jugement de l’enseignant sur leur enfant comme un jugement sur eux-mêmes. Ils peuvent avoir peur de ce qu’ils vont entendre sur leur enfant, peur de l’avenir pour leur enfant, car l’obligation de réussir est extrêmement forte. Aussi, leur première réaction est souvent d’être sur la défensive.

 

Les enseignants ont souvent peur du jugement.

On n’est jamais trop bien préparé. L’idée d’être surveillé et d’avoir à se justifier constamment peut amener une pression qui, mêlée à aux craintes d’être compris de travers, de ne pas apparaître crédible dans le domaine pédagogique et d’avoir à répondre à un cas qui nous dépasse, devient angoissante.

 

Une communication réussie engendre le succès.

Une attitude positive envers l’école, les enseignants et les parents diminue le stress chez l’enfant. Le renforcement positif aide à développer son estime de soi, valorise son travail et lui confère un sentiment d’appartenance. Lorsqu’un enfant est témoin d’un modèle de bonne entente, il développe de meilleures aptitudes à gérer les transitions et une meilleure intégration des apprentissages.

 

Une mauvaise communication amène des conséquences redoutables.

La médiocrité de la relation parents-enseignants peut placer l’enfant dans une incohérence lourde de conséquences; un manque de stimulation, une incompréhension des valeurs de base pour agir de façon harmonieuse en société qui nuisent ultimement à son développement. Le jeune, pour grandir, pour développer son « estime de soi » doit avoir confiance dans le monde des adultes et dans les institutions.

 

Il vaut mieux parfois se parler que d’écrire « à chaud », sous le coup de la colère après une situation difficile.

Le mot écrit laisse une trace ineffaçable. Il faut donc être extrêmement prudent dans son utilisation. On en fait trop souvent une interprétation négative. Il faut se rappeler qu’on a besoin l’un de l’autre et que l’écoute est nécessaire à la bonne entente.

 

L’enseignement est un travail d’équipe, un cheminement, un don de soi, une passion ! C’est le plus beau métier qui soit !

Être parent est un cheminement, un don de soi, notre plus grande réalisation, un amour sans fin…

Au cœur de tout cela, il y a l’enfant...