PUBLICITÉ

4 ans et stressé par la garderie

Garderie 4-5 ANS image article

Question :

Bonjour,

Je ne sais pas trop par où commencer, mais bon, mon garçon a eu 4 ans le 27 février dernier. Il a une petite sœur de 17 mois et un petit frère de 5 mois. Je suis présentement en congé de maternité et papa est au travail de jour. Je suis une mère stricte, tout mon entourage me fait la remarque. Papa lui, est plus tolérant, mais lorsqu’il atteint sa limite, c’est assez. Les trois enfants suivent des cours de natation et Thomas qui a  4 ans, pratique le patin sur glace avec son papa. Thomas fréquente un service de garde en milieu familial et sa petite sœur un centre de la petite enfance (pas de place pour Thomas). Thomas est un être très actif, sensible, émotif, très empathique, parle sans arrêt ou presque, sociable, aime être le centre d’attention, etc.

Depuis plus de sept mois, il est dans son fucking four, je décide, je dirige, je rouspète, je m’affirme tout haut et tout fort, je veux tout, je n’ai pas de jouets, etc. Pourtant, il est très choyé. Il a souvent des crises de colère qui n’en finissent plus. Quand ça ne fait pas son affaire, il pleur, nous avons essayé la compréhension, l’empathie, l’indifférence, la conséquence, etc., toujours rien c’est intense et interminable. Avant, j’avais un petit garçon adorable qui écoutait très bien et surtout que je pouvais cajoler, chose qui maintenant est difficile à faire. 

Depuis plus de 2 mois, il ne veut plus rien savoir d’aller à la garderie, c’est la crise extrême à chaque matin. J’ai discuté avec lui à plusieurs reprises, encore là, j’ai essayé la compréhension, l’empathie, l’indifférence, la conséquence, etc. Il m’a dit que sa gardienne lui avait fait mal, une autre fois, il m’a dit qu’elle avait crié après, etc. Nous prenons toujours le temps son père et moi de discuter avec la gardienne pour tenter d’éclaircir la situation et régler le tout. (La gardienne m’a soulevé le point que Thomas est un petit garçon sociable, qui aime beaucoup jouer avec les amis et n’aime pas jouer seul tandis que les autres seraient plus individualistes. Également, sa gardienne est une personne qui a des problèmes de santé, qui a de la difficulté à gérer ses émotions, bref comme une montagne russe). Il va même à s’inventer des maux le matin lorsqu’il me demande : «Qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui maman?». Il est tout en forme et soudain le mot garderie lui donne des maux de tête ou de ventre. Je lui ai même posé la question, tantôt tu n’avais pas mal au ventre mon chéri et quand maman t’a parlé de la garderie, tu as eu soudain mal au ventre. Est-ce que la garderie te donne mal au ventre, il m’a répondu que oui. Il a compris le principe que s’il est malade il demeure à la maison, car la gardienne ne veut pas l’accepter. Donc son père et moi avons discuté avec lui de son comportement. Il a compris, car il n’a plus recommencé depuis. 

Ensuite. Au fil des semaines, nous nous sommes rendus compte qu’aussitôt qu’il ressent du stress, il va soit immédiatement à la toilette faire un numéro deux ou vomir sans cesse. En voici un exemple ; avant d’aller se coucher, nous l’avertissons toujours qu’il lui reste 5 minutes avant le dodo, jusqu’à là ça va, il nous répond toujours c’est correct calmement, mais lorsque le 5 minutes sont terminées, c’est la crise et là son stress est intense. Un autre exemple, il est très lent à la table pour manger, car il fait souvent des niaiseries à sa petite sœur ou à son petit frère, alors nous avons instauré une minuterie, soit 20 minutes pour son assiette principale. S’il n’a pas terminé son assiette après ce temps, c’est la crise totale et le vomissement. Aussi, souvent lorsque nous lui disons non, ce comportement se représente. Ses nuits sont mouvementées aussi, il ne passe presque pas une nuit sans se réveiller en chialant ou en criant, ça va de même pour les repos lorsqu’il est à la maison, ce qui n’aide pas sa petite sœur. Cette semaine en deux jours, il a fait deux pipis au lit pendant la nuit, a vomi plus de 6 fois sans compter ses numéros deux de stress. Nous avons encore recommencé notre processus de compréhension, etc. Le soir avant le dodo, il y a la lecture d’une histoire, la synthèse de ses bonnes actions du jour, ses bisous et ses câlins. Il dort avec une lumière et son doudou.

Nous avons pensé le changer de garderie. Nous avons commencé à lui en parler, il démontre une grande joie, reste à voir le résultat. Sans compter, également qu’il me repousse énormément. Il dit souvent que papa c’est son préféré et qu’il n’aime pas maman. Je lui ai expliqué que ça faisait mal à maman de dire qu’il m’aimait pas et je lui ai imagé le tout. Mais, il me repousse sans cesse, lorsque papa est là je n’existe plus. Je tente de m’introduire lorsqu’il joue, je veux jouer avec lui ou du moins me rapprocher, mais ça ne fonctionne pas.

Bref, nous avons besoin des pistes de solution, car il est devenu insupportable et nous sommes à cours de ressources.

Merci beaucoup de votre précieuse collaboration.

Une maman désespérée…

Isabelle

 

Réponse :

Bonjour Isabelle,

Dû à une grande quantité de questions reçues, je n’ai pas pu répondre à la vôtre plus tôt et vous me l’avez envoyé il y a maintenant plusieurs mois. Je ne sais pas où vous en êtes dans tout ça mais le premier élément qui me sonne une cloche est la garderie. Comment la gardienne explique-t-elle qu’il ait dit qu’elle lui avait fait mal? De plus, vous dites qu’elle a les émotions en montagne russe. Votre fils semble tenter plusieurs stratégies pour ne plus y aller. À mon avis, avant d’en conclure à un caprice, j’investiguerais de ce côté là.

  • Avez-vous confiance en la gardienne?
  • Depuis quand vous êtes dans ce milieu de garde?
  • Elle fait ce métier depuis combien de temps?
  • A-t-elle une formation?
  • Est-ce un milieu familial reconnu par le gouvernement?
  • Comment perçoit-elle votre fils?
  • Quel comportement a-t-il à la garderie?
  • Semble-t-elle ouverte à la discussion?
  • Comment gère-t-elle un enfant en crise?
  • Comment intervient-elle lorsqu’il tente de jouer avec les autres et que ceux-ci refusent?
  • Pour quelle raison refusent-ils? Peut-être que son approche est brusque et qu’il a besoin qu’on lui enseigne comment prendre contact avec les autres?

 

Je vous encourage à arriver à l’improviste à la garderie afin de pouvoir voir comment ça se passe quand vous n’êtes pas là. Peut-être que votre fils n’est pas bien dans son milieu de garde et qu’il tente de vous le faire savoir. Il est aussi possible qu’il ait développé ses autres comportements pour gérer le fait qu’il ne se sent pas écouté et compris dans ses messages.

Votre gardienne a peut-être besoin de soutien pédagogique pour apprendre son métier. Il y en a toujours à apprendre lorsqu’on travaille auprès des gens. Il est primordial de se remettre en question afin d’évaluer si notre approche est la plus appropriée en fonction des besoins et de la personnalité de la personne, et dans le cas présent, l’enfant. Si elle est reconnue par le gouvernement, elle a accès à du soutien pédagogique gratuitement en appelant au bureau coordonnateur. Si elle refuse, vous pouvez appeler vous-même afin de mettre la puce à l’oreille à sa conseillère pédagogique qui tentera d’entrer en contact avec elle de façon détournée afin de lui offrir le soutien dont elle a besoin. Si elle est une garderie familiale privée, vous pouvez la référer au Réseau Nanny secours afin d’obtenir du soutien pédagogique. La majorité des coachs familiaux ont le bagage pour la soutenir. Elle pourra même déduire les frais dans ses dépenses d’entreprise! 

Ceci étant dit, il est aussi possible que tout baigne à la garderie. Donc si après vérification, vous n’avez aucun doute sur le bien-être de votre enfant dans ce milieu, vous pouvez faire équipe avec la gardienne afin de mieux comprendre les comportements de votre fils.

La première étape est l’observation. Il est très important de prendre le temps d’observer son comportement afin de mieux en comprendre la raison. Quel besoin tente-t-il de combler. Je vous invite à noter sur papier vos observations afin de vous permettre d’avoir un portrait plus réaliste qu’uniquement en vous fiant à votre impression. Une crise très intense peut nous paraître avoir durée 2h quand en réalité, en temps réel, elle a durée 20 minutes. ;)

Des grilles d’observation quotidienne et hebdomadaire vous sont proposées dans la boutique Nanny secours. Vous pouvez aussi les confectionner par vous-même. Les éléments à noter une fois que vous avez choisi le comportement à observer sont le jour, l’heure, le déclencheur, le comportement de l’enfant, l’intensité, la durée, votre intervention, sa réaction à votre intervention et comment le tout s’est terminé. Tout ça dans le but entre autres de déterminer la fréquence et surtout d’en faire ressortir des constantes afin de vous aider à comprendre pourquoi il agit ainsi. Vous pourrez par la suite adapter vos interventions en fonction de celles-ci. Il est possible que votre fils vomisse car il en retire de l’attention de votre part. Un enfant qui recommence un comportement de façon régulière, en retire très souvent un gain car dans le cas contraire il cesse le comportement.

Pour ce qui est de la gestion de stress, si tel est le cas. Je vous invite à mettre des mots sur ce qu’il ressent. « Tu es en colère parce que ... ». À son âge, vous pouvez même lui demander de vous le dire pourquoi il est en colère. Bien évidemment, au plus fort de la crise, il risque de ne pas être réceptif. ;) Vous pouvez même le pratiquer lors de jeux de rôles où vous faites semblant d’être en colère ou triste.

Vous pouvez lire avec lui des livres sur les émotions afin qu’il puisse s’identifier au personnage et s’y référer lorsqu’il vit cette émotion. Sur notre page Facebook nous proposons plusieurs références de livres qui pourraient être intéressants dans votre situation :

 

Bien que ce soit difficile pour votre cœur de maman, il ne faut pas le prendre trop personnel quand c’est la période « papa ». Je vous invite à lâcher prise et ignorer lorsqu’il vous dit qu’il ne vous aime pas. Doutez-vous vraiment de son amour envers vous? ;) Il aime sa maman et son papa de façon inconditionnelle tout comme vous envers lui, même les jours où vous n’en pouvez plus! ;) Trouvez une activité à laquelle il serait très intéressé et profitez de ce moment. Faire la cuisine par exemple, les enfants aiment ça en général. Ce pourrait être votre moment à vous deux seulement.

Il m’est impossible de vous répondre de façon détaillée à tous les éléments de votre courriel. Je vous invite donc à consulter un coach familial pour une consultation à domicile ou encore une consultation téléphonique afin d’obtenir tout le soutien dont vous avez besoin en fonction de la situation actuelle car les choses ont sûrement évolué depuis la rédaction de votre courriel.

J’espère vous avoir tout de même aidé.

Hélène Fagnan
Coach familial
Fondatrice de Nanny secours
www.nannysecours.com

 

Vous aimeriez poser une question à l'expert? Écrivez ici!