Pour tous

Aîné, cadet, benjamin: le rang fait une différence

Libellés : Pour tous, Vie de famille Publié le 13-04-2011 à 05:00

Nos enfants n'ont pas choisi l'ordre dans lequel ils sont nés. Leurs personnalité, leurs relations avec les autres, leurs comportements et leurs valeurs sont influencés par le rang qu'ils occupent dans la fratrie. Voyons les traits des enfants d'une famille selon leur ordre d'arrivée.

L'aîné est en quelque sorte le défricheur. Grâce à lui, l'homme et la femme qui lui ont donné la vie sont désormais parents. Pour ces derniers, c'est un tout nouveau rôle qui commence. L'aîné ouvre le chemin aux suivants et porte la complète inexpérience de ses parents en matière d'éducation.

Par le fait même, son père et sa mère peuvent avoir le réflexe de le surprotéger et d'en faire un enfant-roi à qui ils ne peuvent rien refuser. Cependant, à l'arrivée d'un deuxième enfant, l'aîné perd souvent son statut privilégié. En règle générale, le deuxième enfant bénéficie d'une expérience parentale renforcée; ses parents, plus expérimentés, sont moins stressés par leur rôle.

Dans une famille nombreuse, ce sont généralement les premier et deuxième enfants qui ont les plus grands rôles à tenir au sein de la fratrie. «Les enfants du premier et du second rang se complètent. Ils se partagent habituellement deux rôles: l'un se conforme aux valeurs familiales, et l'autre s'y confronte», nous apprend Line Moreau-Frappier, psychologue clinicienne et scolaire.

Conformiste ou rebelle?

Comme ce sont deux rôles clés au sein de la famille, il faut bien comprendre ce qui les caractérise. L'enfant qui se conforme aux valeurs familiales assimilera sans difficulté l'éducation qui lui est donnée.

«Dans une famille très axée sur la préservation de l'environnement, par exemple, le conformiste adoptera les valeurs qui lui sont enseignées et pourra les conserver toute sa vie, précise Mme Moreau-Frappier. Il faut bien comprendre que le rebelle ne rejette pas la société, mais qu'il s'oppose aux valeurs familiales. Par exemple, un jeune garçon élevé dans un milieu dysfonctionnel, dont les parents consomment des drogues et vivent de divers larcins, sera jugé rebelle par ses parents s'il décide un jour de devenir policier. Donc, c'est une question de perception.»

En fait, selon la psychologue, le rebelle utilise des stratégies différentes pour se faire remarquer. «Attention une fois de plus! Ce jeune n'a pas forcément un trouble d'opposition — ce que vont peut-être conclure ses parents. Bien sûr, il est différent et il suscite le désarroi chez ses parents, à qui il ne ressemble pas. Mais cela en fait-il forcément un enfant difficile? Le vilain petit canard était-il vraiment un vilain petit canard?» demande judicieusement Mme Moreau-Frappier.

Page 1 | Aîné, cadet, benjamin: le rang fait une différence
Page 2 | Des rôles centraux
Page 3 | Le rang de l'avenir
Page 4 | Élever une famille nombreuse

  • Yoopa
  • Par

    Kathleen Michaud

Laissez un commentaire

L'infolettre

Les incontournables

Sondage

Qu’avez-vous en tête pour les prochaines vacances estivales?
Voir tous les sondages >>