PUBLICITÉ

Ces moments qu’on zapperait volontiers

Familles d'aujourd'hui image article
Vous rappelez-vous du film « Click »? Adam Sandler y jouait le rôle d’un père de famille qui possédait une télécommande permettant d’accélérer les moments moins palpitants de sa vie.
 
La grande leçon du film, c’est qu’il faut apprécier CHAQUE instant de la vie, aussi ennuyant soit-il. Et je suis bien d’accord.
 
Mais juste comme ça, si vous pouviez faire une « avance rapide » de certains moments du quotidien, vous choisiriez lesquels?
 
Des suggestions?
 
La période des devoirs
Vous n’aimiez pas les devoirs quand vous étiez enfants? J’ai la drôle d’impression que c’est encore pire quand on est parents.
 
Le temps dans le trafic
On pourrait voir ça comme du temps pour relaxer tranquillement dans son auto. Mais non. Ce n’est pas du temps relaxant.
 
Certains repas
Cuisiner, c’est un plaisir... Mais dans les bonnes circonstances. Quand tout le monde est pressé, stressé, énervé et affamé, ce n’est pas le meilleur moment de la journée.
 
Certaines journées au boulot
C’est juste pour retrouver plus vite notre charmante famille.
 
Certaines réunions
Ça nous rappelle parfois les longs moments passés à l’école à penser à autre chose, en attendant que l’horloge avance.
 
Les nuits blanches
Ces moments à la fois angoissants et épuisants à accompagner un bébé insomniaque, on s’en rappelle longtemps. Et justement, ça fait partie de l’expérience. Il faut le vivre pour le croire.
 
Les changements de couches
Mais voyons, ça prend à peine 2 minutes. Pourquoi vouloir zapper ça?
 
Les déplacements en auto
Quand les enfants sont tannés d’être en auto, ils le font sentir assez bruyamment, merci. Et soudainement, on a hâte d’arriver, nous aussi.
 
Les doux moments dans une salle d’attente
Surtout avec un enfant malade. Pas agréable.
 
 
Alors, on zappe tout ça? Mais pas du tout.
 
Ce sont ces moments-là qui nous font apprécier tout les autres. Le bonheur est un chemin rempli de trous et de bosses, et chaque parcelle du quotidien fait partie d’un tout.
 
Et cette vie étrange qu’on mène, on ne la changerait pas pour rien au monde, non?