PUBLICITÉ

Les réactions des jeunes endeuillés

Familles d'aujourd'hui 6-7 ANS image article
Présenté par

Lorsqu’un enfant ou un adolescent vit une épreuve, notre réflexe est de nous mettre à analyser ses réactions afin de savoir comment il se sent. Mais il faut rester prudent avec cette méthode: qu’il réagisse vivement ou pas du tout ne veut pas automatiquement dire qu’il va bien ou très mal. Les réactions d’un jeune vivant un deuil sont très complexes. Néanmoins, ces dernières sont souvent de bons indicateurs.

Pour bien percevoir les réactions à la suite d’un deuil, il faut écouter le jeune, mais surtout l’observer. Il faut aussi garder en tête que toutes ses réactions sont normales, tout comme celles de l’adulte. On peut observer tantôt des pleurs le soir, tantôt une poussée d’agressivité. Les réactions peuvent être multiples et parfois à peine visibles. Elles dépendent de nombreux facteurs, entre autres de sa personnalité ainsi que des réactions des adultes qui l’entourent.

On peut aider le jeune à s’exprimer sur son deuil et à nous expliquer ses réactions en discutant avec lui, en partageant nos observations et nos inquiétudes avec lui. Trop souvent, les adultes évitent ce genre de discussion, oubliant par le fait même que le jeune porte en lui les meilleurs éléments de réponses.

Faire le bilan

Après quelques semaines, il peut s’avérer intéressant de faire le bilan: comment était l’enfant ou l’adolescent avant le deuil et comment est-il maintenant. Si on observe un changement de comportement inquiétant, il est pertinent que le parent ou le tuteur consulte, particulièrement si une réaction augmente en intensité ou en fréquence. Aucun adulte ne devrait s’empêcher de consulter au sujet d’un jeune endeuillé, s’il est inquiet. L’intervenant et le parent verront ensemble la suite des interventions à faire.

Le jeune endeuillé fait souvent vivre beaucoup d’émotions à son entourage : il pose des questions sur ses cauchemars, joue à des jeux incluant la mort, s’isole dans la cour d’école, a peur de voir mourir un autre proche. Aussi, ses propos peuvent être tour à tour inquiétants. Mais il faut garder à l’esprit qu’un enfant ou un adolescent n’a pas toujours les mots pour s’exprimer et qu’il a souvent recours aux gestes, tellement plus simples pour lui.