PUBLICITÉ

Manifestation pro-famille dans mon salon

Familles d'aujourd'hui image article
Ma fille a toujours aimé les bébés, les poupées en tout genre et bien sûr jouer « au papa et à la maman ». Mais à son grand désarroi, ce n’est que ça : un jeu.
 
Comme c’est la deuxième de la famille, tout ce qu’elle a connu, c’est la triste réalité d’avoir un grand frère devant elle. Elle a donc une fascination naturelle pour les bébés.
 
Il y a quelques jours, une amie est passée nous voir à la maison avec un petit poupon tout neuf. Une magnifique petite fille de quelques jours à peine. Jolie, minuscule, endormie, c’était assez pour faire craquer n’importe qui. Des si petits doigts, des petits cris même pas trop forts (ça change après quelques semaines), bref, tout ce qu’il faut pour tomber sous le charme.
 
Et effectivement, un choc électrique s’est déclenché dans l’esprit de ma fille de 7 ans. Un spasme passionnel et une nouvelle mission dans la vie: essayer de convaincre ses parents d’avoir un nouveau bébé!
 
Je crève votre balloune tout de suite : il n’y aura PAS de nouveaux bébés dans cette maison. Le choix a été fait il y a déjà plusieurs années et papa a justement déjà coupé l’autre cordon familial.
 
Mais vous connaissez les enfants; les rêves et la réalité sont parfois si proches. Après un questionnement en règle sur le « pourquoi, oui mais pourquoi? » elle a même cherché l’appui de son grand frère (qui étrangement, ne voyait pas d’inconvénient à avoir un autre petit monstre dans les pattes. Est-il naïf ou juste amnésique?)
 
Puis, devant notre fermeture d’esprit amusée, elle a décidé de prendre les grands moyens. Partie bouder pendant quelques minutes dans sa chambre, elle est ressortie avec une pancarte (oui oui, avec une poignée et tout) sur laquelle on pouvait lire :
 
Hebergeur d'image

 

 

« Fait un bébé! »

(Pardonnez-lui la faute d’orthographe, l’impératif présent n’est pas encore au programme du premier cycle du primaire). 

Elle est venue vociférer bruyamment devant nous avec sa pancarte.  D’autres écriteaux sur le même thème sont apparus un peu partout dans la maison. Une manifestation pro-vie dans mon propre salon!
 
On rigole, mais il a quand même fallu lui expliquer la situation. Un moment donné, on fait des choix de vie. Notre clan sera composé de deux enfants, point. Je ne doute pas une seconde avoir en moi un réservoir d’amour pour fournir une famille de 20 héritiers. Mais les ressources, le temps, la patience, peut-être pas.
 
La manifestation et les pressions du lobby des bébés a duré quelques jours, puis la poussière est retombée. C’est justement ça la différence avec la vie réelle : les bébés, ils ne partent pas après quelques jours, quand le trip est passé.
 
Néanmoins, une petite lumière s’est allumée en elle quand elle a réalisé que dans quelques années, elle pourrait garder des enfants (peut-être pas des bébés, mais ne lui dites pas tout de suite!)
 
En attendant,  elle est retournée à ses poupées et ses bébés dans sa chambre. Ils pleurent parfois, je les entends à travers la porte. Mais leur « maman » trouve toujours les bons mots pour  les consoler et les divertir.
 
Ça a l’air si simple.