PUBLICITÉ

Comment faire un bébé techno

Finances et consommation image article

Selon une récente étude, au lieu d’installer bébé devant la télé pour lui faire regarder des émissions qui lui sont destinées, il vaudrait mieux lui acheter une tablette ou le faire jouer à des jeux vidéo.

« La tablette constituerait même, pour les 0 à 2 ans, un objet d’exploration et d’apprentissage à considérer, au même titre que certains objets ou jouets comme les peluches, les hochets », rapporte l’Agence Science-Presse.

Pour les 2 à 6 ans, la tablette pourrait se révéler un outil pédagogique intéressant pour les initier aux nombres et les préparer à la lecture. Elle serait aussi utile pour éveiller et exercer leur capacité d’attention visuelle, ainsi que les aider à construire une représentation mentale de leur environnement.

Quant à l’utilisation des jeux vidéo en bas âge, ils offrent plus d’interactivité que la télévision, conclut une autre étude. (Source : lesaffaires.com)

 

Pas surprenant que des compagnies voient une mine d’or à exploiter et usent d’idées parfois loufoques pour vendre des gadgets aux parents de jeunes geeks en devenir. Allons-nous créer des I-Bébés?


Attention! Je serais bien mal placée pour me positionner anti gadgets technos. Chez moi, les enfants ont accès à iPhone, tablettes, ordinateurs et plusieurs consoles de jeux. Une maman qui bosse sur le Web et un papa qui programme des jeux vidéos, ça offre un environnement assez « branché ». Toutefois, notre univers et celui des enfants ne tournent pas seulement autour de ça.

Et, malgré ma tendance geekette, il y a des trucs que je n’achèterais pas. Que je ne voudrais même pas gratuitement, en fait.

Voici quelques produits trouvés sur le Web. Certains semblent avoir disparu de la circulation et je n’ai pas trop de mal à comprendre pourquoi! Mais d’autres sont présentement en magasin ou en production…

Est-ce que vous les achèteriez?

 

Le fameux iPotty, dont la photo a abondamment circulé sur le Web et qui sera en vente ce printemps. 

On le sait bien que la majorité des détenteurs d’appareils intelligents les apportent aux toilettes. Mais est-on obligé d’apprendre ça aux enfants? Mais bon, si vous y tenez, procurez-vous votre propre support :

 

Le concept est peut-être à développer pour les casinos… Quand on sait que certains joueurs y portent des couches pour ne pas laisser leur machine chanceuse…

Parlant support à tablette, connaissez-vous ces « machins gonflables »?

 

Mais avant de passer à l’étape du iPipi dans le pot, il faut porter notre iBébé.

Et pour faire de ces 9 mois un évènement fabuleux, une ceinture qui envoie des tweet à papa et aux amis quand bébé donne un coup de pied dans le ventre de sa maman… Charmant, indispensable… Comment les générations antérieures ont=elles pu survivre sans ça? (Et imaginez les nuits de plaisirs à entendre des alertes de tweet quand bébé empêche maman de dormir! Merveilleux!)

Il ne fait pas oublier non plus la stimulation et la détente in utero… Regardez, mesdames, ces chics accessoires qui semblent si confortables à porter sur la bédaine!

 

Le B(I)aby et Ritmo, qui vous permettront de faire entendre de la musique à votre embryon. Et même, d’enregistrer vos propres berceuses! En effet, pourquoi se déranger à parler trop souvent à votre bébé? Enregistrez-vous et passez ça en boucle pendant 40 semaines! (Et dans 5 ans, vous lirez de belles études sur les ondes nocives des gadgets de bédaines…)

 

 

 

 

 

 

Bébé est né, il faut maintenant du support pour s’en occuper!

« Malheureusement » le Why Cry Baby Analyzer ne semble plus sur le marché. Pourquoi donc?  Tout le monde sait bien que pour comprendre un bébé, ça prend de l’aide techonologique (Hum… peut-être sur eBay?)

Mais consolons-nous, car on peut télécharger une application pour beaucoup moins cher!

Ainsi, plus de soucis! Vous saurez si bébé pleure parce qu’il a faim ou si c’est parce qu’il a fait pipi. Ou qu’il vous trouve désespérants de vous être procuré cette applic!

 

Impossible de savoir si elle se vend encore, mais quelle idée géniale! La couche qui envoie des SMS quand vient le temps de la changer. Mais on peut semble-t-il se procurer des alarmes de couche-culotte jetables.  Parents, si vous avez besoin de ça, une petite désintox de téléphone intelligent est peut-être de mise? (On s'entend qu'on ne parle pas ici de traiter l'énurésie nocturne d'un enfant. Ça, c'est une autre histoire.)

Heureusement, on peut se procurer un Personal Baby Assistant, qui permet de se souvenir du dernier changement de couche ou du dernier biberon ainsi que la température, la taille de Junior, etc! Et on peut en garder un historique dans notre ordinateur.

 

 Pour moins cher, on peut prendre un calepin et un crayon et un livre de bébé ;)

 

 

 

 

N'oublions pas le  lit intelligent (non ce n’est pas un aquarium).

Grâce à un système de balancelle, le lit Cencio berce le bébé dès qu'il remue. Un système d'air conditionné protège bébé des grosses chaleurs ou du froid. Finalement, au premier signe anormal, un système vidéo déclenche une alarme connectée en WiFi qui sonne dans la télévision, la chaîne hi-fi ou le téléphone mobile des parents.

 

Bébé a grandi, poursuivons sa technovie.

Avec un indispensable système de son sur roues. La poussette Pico est dotée d'un système hi-fi hyperperformant. Tout l'équipement est intégré dans la capote. Les haut-parleurs intégrés sur les côtés sont reliés à un iPod situé sur le dessus. Bébé n’aura plus à entendre le chant des oiseaux, le bruit des autos… ou ses parents parler.

La suite du iPotty, la table ajustable pour iPad

Remarquez, un jour il y en aura peut-être dans les classes de maternelle?

 

 

 

 

 

Il y a quand même des gadgets cool parfois…

Inutile, mais cool : cet ensemble bavoir et cuillère pour Trekkies.

Plus utile : le retrouve doudou. (Ne manquez pas la vidéo explicative tournée dans une maison en plywood!)

 

En espérant ne pas voir avoir donné une envie folle de magasiner des gadgets!

 

Mais finalement, qu'est-ce qui est le plus risqué avec ces gadgets? Que bébé devienne techno ou que ses parents fassent plus confiance à l'informatique qu'à leur instinct et leur compétence parentale?