PUBLICITÉ

Le vieux et le neuf dans la vie des parents

Finances et consommation image article
C’est fou comme on peut en consommer des trucs, comme parents. On met ça sur le dos de nos enfants, mais après enquête, il paraît que c’est bien nous qui tenons le portefeuille.
 
Une chance, dans cet océan de consommation, il nous reste un choix logique : étirer le plus possible la vie du matériel. Mais pas nécessairement chez nous.
 
Disons la vérité, on préférerait toujours acheter en neuf, surtout pour un premier enfant. Mais on découvre assez vite que 1) tout coûte une fortune et 2) rien ne dure bien longtemps.
 
Qu’est-ce qu’il vaut vraiment la peine d’acheter neuf? Qu’est-ce qu’il est préférable d’attendre de se faire donner? Chaque parent a sa petite idée là-dessus. Par exemple, moi je regrette d'avoir un jour acheté un Monsieur Patate, puisqu'on a dû s'en faire donner 6 quelques mois plus tard. Par contre, on a toujours acheté des couches jetables neuves...
 
Je suis certain que vous avez chez vous des vêtements, des jouets ou des accessoires d’enfants qui viennent d’un ami ou de la parenté. Ou même d’une vente de garage. La réutilisation est notre meilleure arme contre la surconsommation.
 
Les jouets, ça vaut presque toujours la peine de les acheter usagés. Le neuf est un caprice de parents. Les enfants se foutent éperdument d’où viennent leur Légos ou la nouvelle auto de course. Ils ne veulent pas des jouets neufs. Ils veulent du nouveau. Mais TOUJOURS du nouveau. C’est pour ça que les jouets de leurs amis ont toujours l’air plus le fun que les leurs.
 
Pour eux, du vieux-nouveau c’est aussi bon que du nouveau-neuf. Et même du vieux-vieux peut devenir nouveau, si on le laisse murir assez longtemps dans un bac du sous-sol. Vous connaissez le principe : On sort une vieille boîte de bébelles du placard (pour s’en débarrasser justement) et que se passe-t-il aussitôt? Les enfants tombent là-dessus et ça devient la trouvaille du siècle. Valeur quintuplée si le frère/la sœur décide de jouer avec le jouet en premier.
 
Dieu merci pour les parents, il existe les ventes de garage. En avez-vous profité ce printemps? J’ai encore constaté que l’industrie du jouet d’enfant est florissante (Ça et les antiquités). Des jouets pour enfants, des jeux, des poupées, des figurines et même des jeux vidéo, ça trouve habituellement preneur.
 
À moins d’être vraiment trop chers ou d’être trop maganés, presque tout se vend. Malheureusement, tout s’achète aussi. C’est ce qui explique qu’on se ramasse toujours avec la même quantité de cochonneries, mais différentes.
 
Ce serait génial si les ventes de garage arrivaient quand on en a le plus besoin. Mais non, Noël tombe en plein hiver (rusés, les commerçants.) Une belle vente de débarras le 15 décembre, ce serait très pratique (mais pas chaud). Bon, les cadeaux ne seraient pas neufs, mais on n’aurait qu’à dire aux enfants que le Père-Noël est entré dans la vague verte et a décidé de couper les emballages lui aussi.
 
Mais oubliez ça. On ne sauverait pas d’argent puisqu’en achetant usagé à prix réduit, on ferait seulement en acheter plus. Parents incorrigibles.
 
Bref, puisque nous, les parents, nous sommes un moteur économique, continuons d’acheter. Et de vendre. Et de donner.
 
Achetons usagé sans honte, revendons plus tard sans honte, et donnons aux jouets les neufs vies qu’ils méritent.