PUBLICITÉ

Des réveils difficiles

Organisation 0-24 MOIS image article

Question :

Bonjour, je suis la maman d'un petit garçon de 16 mois. Lorsqu'il se réveille le matin et après sa sieste de l'après-midi, c'est pratiquement toujours en pleurant.

Il ne fait habituellement pas de sieste le matin, mais il arrive qu'il s'endorme dans l'auto ou dans son carrosse lorsque nous sortons faire des commissions et il se réveille de très bonne humeur.
La semaine, il va à la garderie et sa gardienne affirme qu'il se réveille bien.

Le matin, lorsqu'il se réveille, c'est à peine si on l'entend bouger et tout de suite, il se met  à pleurer. Nous allons le chercher et il ne se calme que lorsque nous lui donnons son biberon de lait. Pourtant, ça fait plusieurs mois que la routine est la même le matin,  et même si nous lui montrons son biberon sur le comptoir, il n'arrête de pleurer que lorsque nous lui donnons. Nous avons même abandonné le changement de couche avant le biberon, nous le faisons tout de suite après. Par contre, dès qu'il a son biberon, il est de bonne humeur.

Pour sa sieste de l’après-midi, nous avons essayé plusieurs façons de le réveiller : ouvrir la porte de sa chambre pour qu'il se réveille seul, le réveiller en lui parlant ou en lui flattant le dos, mettre la musique de son aquarium attaché à son lit. Mais c'est presque toujours la même chose, les crises sont beaucoup plus fortes que le matin. Nous avons essayé plein de choses comme donner un biberon, donner une collation, le laisser dans son lit, lui montrer ses jouets, rien ne fait. Il est un petit peu plus calme si nous le gardons dans nos bras, mais il n'est pas question de l'asseoir ou de le déposer par terre. La crise peut durer jusqu'à 15 minutes (parfois un peu plus). Après, il est grognon, il «chigne» pendant un petit bout dès que quelque chose ne fait pas son affaire.

Nous le couchons toujours vers la même heure le soir (19h-19h15) et son réveil est habituellement entre 6h30 et 7h. Pour ce qui est de la sieste, il se couche vers 13h et se réveille vers 15h30. Il s'agit des mêmes heures de sieste qu'à la garderie.

Mis à part ses réveils difficiles, mon petit homme est un bébé enjoué et de bonne humeur.

Auriez-vous quelques trucs pour que les réveils soient plus heureux pour lui?

Merci et bonne journée

Patricia

 

Réponse :

Bonjour Patricia,

Je n’ai malheureusement pas de réponse magique pour vous! Cependant, à la lecture de votre courriel, quelques questions me sont venues en tête.

  • Serait-il possible que le matin, il ait TRÈS faim? Ça pourrait expliquer son comportement.

  • Comment vous réagissez face à ce comportement? Et votre conjoint?

  • Comment vous vous sentez lorsqu’il pleure ainsi? 

  • Comment se passe le réveil à la garderie?

  • Comment sa gardienne interagit avec lui? 

  • Qu’y a-t-il de différent à la garderie pour qu’il se réveille sans pleurer?

  • Vous dites que c’est presque toujours en pleurant. Qu’y a-t-il de différent les fois où il se réveille sans pleurer?

 

Je vous invite à observer pendant quelques temps afin de déterminer la fréquence de ce comportement, son intensité et vos réactions.

Le matin :

Je pense que d’abandonner le changement de couches le matin est une bonne chose. Son besoin de boire semble prioritaire à son besoin d’être au sec! :) Toutefois, il n’est pas nécessaire, à mon avis, de vous empresser de le sortir du lit et de lui donner son biberon. Vous pouvez lui démontrer que vous comprenez ce qu’il ressent, tout en gardant le sourire et votre calme. « Bonjour mon chéri, tu as fais un beau dodo. Tu pleures... est-ce que tu as faim mon p’tit loup? Je pense que tu as hâte de boire ton biberon. Viens, on va aller manger. » Ignorez ses pleurs tout en vous dirigeant vers la cuisine. Vous pouvez lui chanter une chanson ou lui parler de n’importe quoi d’autre afin de tenter de lui changer les idées ou tout simplement pour lui démontrer que ses pleurs ne vous inquiète pas. Vous dites qu’il retrouve son sourire après son biberon alors n’accordez pas trop d’attention à ses pleurs afin d’éviter qu’il en retire des bénéfices relationnels qui pourraient l’amener à prendre l’habitude d’agir ainsi à son réveil.

La sieste :

Encore, une fois, je vous encourage à ne pas accorder trop d’attention à ses pleurs mais plutôt garder le sourire et tenter de diriger son attention vers autre chose. Parlez-lui de ce que vous allez faire, dites une comptine, chanter une chanson, etc.

 

Une fois que vous aurez observé et répondu aux questions énumérées précédemment, vous aurez surement des pistes de solutions supplémentaires.

Hélène Fagnan
coach familial et fondatrice de Nanny secours
www.nannysecours.com
514-233-6589

 

Vous aimeriez poser une question à l'expert? Écrivez ici!