PUBLICITÉ

Mais pourquoi donc faut-il faire son lit?

Organisation image article
Dans plusieurs maisons, la grande question revient régulièrement : Pourquoi donc perdre de longues minutes à faire son lit le matin, s’il faut le défaire de toute façon quelques heures plus tard?
 
Oui, hein, pourquoi?
 
Les enfants sont friands de « pourquois ». Et celui là, c’en est un bon. Entre vous et moi, ne le dites à personne, mais il y a des jours où je me pose la question moi aussi. C’est si poétique, un lit défait. Ça raconte une belle aventure de sommeil et ça invite à y replonger.
 
Bien sûr, il y a l’argument habituel : un lit bien fait, c’est plus propre. Ça démontre de la dignité jusque dans l’édredon. La classe, c’est aussi une question textile. Des couvertures bien alignées, ça évoque un souci de l’hygiène visuel dans sa chambre.
 
Oui, mais pourquoi faut-il montrer de la classe si personne ne le voit? (Là, c’est le paresseux avocat du diable qui parle) Surtout dans les vacances! Mettons qu’on ne reçoit pas de visite ce jour-là et qu’aucun étranger ne risque d’entrer si loin dans la maison, faut-il quand même perdre son temps à replacer des guenilles?
 
Au pire du pire, même si un ami arrivait à l’improviste avec une bouteille de vin et un gentil « On passait juste dans le coin… », même là, on attraperait la bouteille mais on limiterait l’accès aux chambres, non? Au pire on invente un mensonge pour garder la porte fermée.
 
Mais d’un autre côté, c’est vrai, pas besoin de témoins pour apprécier un beau lit bien fait. Le couvre-lit a coûté si cher, aussi bien regarder autre chose qu’un motton disgracieux.
 
Un lit fait, c’est aussi beaucoup plus pratique le soir, quand vient le temps de se glisser bien au chaud. Des couvertes bien placées, droites, accueillantes. Pas un ramassis déséquilibré avec la moitié aux pieds et l’autre bout à la place du co-rêveur ou de la co-rêveuse.
 
Du prêt-à-dormir, c’est plus agréable. C’est comme se stationner de reculons en arrivant quelque part : on est prêt à partir plus facilement. Dans le cas du lit, on part pour le pays des rêves (ou des plaisirs, dépendamment des foyers).
 
Et s’il faut un argument supplémentaire en faveur du lit bien fait, notons celui-ci : selon un sondage réalisé il y a quelques années, les gens qui font leur lit le matin ont tendance à être plus heureux dans la vie que ceux qui ne le font pas.
 
Attention, le fait de faire son lit ne rend pas nécessairement plus heureux, c’est peut-être juste une coïncidence. Mais en le sachant, on a le goût de se placer dans le camp des gagnants, non?
 
Alors quand les enfants demanderont pourquoi il faut faire son lit, au lieu de leur résumer tout ce débat, on peut simplement dire « Parce que tu le fais, point! ». Ils ne le savent pas encore, mais on vient de leur donner un coup de pouce de plus vers le confort, la dignité et le bonheur.
 
Faites de beaux rêves, peu importe l’état du lit.