PUBLICITÉ

Routine du coucher

Organisation 2-3 ANS image article

Question :

Bonjour Suzanne. Je suis découragée depuis quelque temps. J’ai beaucoup de difficulté à coucher ma fille Léa qui a maintenant 3 ans. Je dois sans cesse intervenir et la reconduire dans son lit. Tout est prétexte à se relever : elle a soif, elle a peur, elle a entendu un bruit, veut aller aux toilettes… Elle fait des cauchemars, je lui laisse la lumière (veilleuse) toute la nuit, mais cela ne suffit pas. Une fois qu’elle s’est endormie, tout va bien.

 

Réponse :

Bonjour. La période du dodo constitue, pour bien des parents, une période difficile qui nécessite souvent beaucoup d’énergie et de patience. Votre belle Léa veut fuir cette étape de la journée consistant à se retrouver loin de papa et maman, seule dans sa chambre, en silence et dans l’obscurité. Léa appréhende aussi les cauchemars qui sont beaucoup plus fréquents chez les enfants âgés de 3 ans. Les personnages imaginaires (monstres, sorcières, dragons, chevaliers…), tout comme certaines situations émotives difficiles (changement de garderie, dispute des parents, peur d’un animal) peuvent venir alimenter ces cauchemars. 

Je vous recommande tout d’abord d’instaurer une routine du dodo dans la vie de votre fille : Un bain, un petit jeu tranquille, une collation, le verre d’eau et hop ! Au lit avec une petite histoire en bonus ! Ce rituel avant le dodo est très sécurisant pour l’enfant et permettra à Léa de réaliser au cours de la soirée que le moment de dormir approche. Cette routine du dodo agrémente la transition entre la journée et la nuit et peut faire en sorte que votre fille acceptera plus facilement l’idée d’aller se coucher (ce qui vous évitera par le fait même d’avoir recours aux interminables interventions, aux menaces, aux grondements). Ce rituel, lorsqu’il est bien installé et appliqué sur une base constante, devient un moment privilégié entre parent et enfant qui transforme bien souvent l’heure du dodo en un moment de détente qui sera attendu.

Malgré tout, il se peut que Léa se manifeste et désire se relever ou être réconfortée de nouveau puisqu’elle vit une période d’insécurité due aux cauchemars. Votre présence dans sa chambre pourra ainsi répondre à ce besoin de réconfort. Il ne faut cependant pas tomber dans l’excès et retourner chaque fois dans la chambre. Il s’agit de prendre graduellement vos distances et la rassurer verbalement, de l’extérieur de sa chambre, en lui rappelant avec constance et fermeté que c’est maintenant l’heure de dormir : « Maman a fait la lecture avec toi et c’est maintenant l’heure de faire dodo », « Maman n’est pas loin et je t’ai laissé ta veilleuse et ton toutou. Fais dodo maintenant ». Les conseils du genre « Laisse-la faire, elle va arrêter toute seule » ou « Ignore-la…, c’est juste du caprice »… sont donc à éviter ! Habituellement, ce type d’intervention ne fait qu’accentuer la peur chez l’enfant.