PUBLICITÉ

Dormir avec son enfant: pour ou contre?

Parents image article

4 h du matin. Notre enfant pleure et on se traîne jusqu'à sa chambre. Comme il est attendrissant avec sa bouille ronde et ses bras tendus! Sauf que c'est la cinquième fois cette nuit qu'on vit le même scénario! Après un moment d'hésitation, on capitule et hop! Voilà un nouvel occupant dans le lit. Il faut bien dormir...

Dormir avec son enfant est un sujet controversé, longuement débattu. En tant que parent, on se sent parfois tiraillé entre notre désir de partager notre lit avec lui et la peur de créer un précédent, voire un véritable problème qui n'aura plus de fin.

Pour ou contre?

Dormir avec son enfant
La circoncision
Le Ritalin
L'argent de poche
Couches: papier ou coton?
Parents copains ou autoritaires?
La dérogation scolaire

Parents, médecins et amis y vont de leurs recommandations: «Tu vas le rendre dépendant», «Tu le gâtes trop», «Vous allez l'écraser», etc. Tout en admettant qu'il y a peu de risques que notre enfant dorme encore avec nous à 18 ans, quelles questions doit-on se poser avant de le laisser se glisser sous notre couette?

Un peu d'anthropologie...

À part en Amérique du Nord, en Europe et en Australie, les enfants dorment couramment avec leur mère tant qu'ils sont allaités, soit jusqu'à deux ou trois ans. En fait, jusqu'au XXe siècle, cette pratique était observée partout dans le monde, avant qu'on se mette à valoriser le sommeil solitaire.

Récemment, une réflexion de ma propre grand-mère de 80 ans m'a frappée: «On dormait avec notre premier bébé pour le garder au chaud et parce que c'était plus pratique, mais après "ils" ont dit qu'il ne fallait plus le faire, alors on a arrêté.» «Ils», c'était sûrement les médecins. Aujourd'hui, on revient à des approches plus souples, plus à l'écoute des besoins des enfants et des parents.

Avec un nourrisson

Priorité absolue: la sécurité! Le premier danger pointé du doigt pour le nourrisson est l'étouffement. Si on choisit de dormir avec notre bébé, voici ce à quoi on doit faire attention:

• on ne doit pas fumer dans la chambre à coucher ni avoir consommé de l'alcool ou des drogues;
• la literie doit être ajustée à la taille du matelas;
• le matelas doit être de la même taille que le lit;
• il ne doit pas y avoir d'oreillers ou de couvertures près du visage de notre enfant;
• il ne doit pas y avoir d'espace entre le lit et le mur pour ne pas que notre enfant tombe et reste coincé;
• Notre bébé ne devrait pas être couché sur le ventre. On peut aussi installer une barrière sur le côté du lit pour éviter que notre bébé fasse une chute.

Marie-Josée Mercier, psychologue en pratique privée, affirme qu'«il faut privilégier les contacts peau-à-peau avec le nourrisson. Ceux-ci ont des effets bénéfiques sur son développement. Ça lui permet d'apprivoiser son environnement extérieur en toute sécurité, en plus de permettre à la mère de veiller dans un état de demi-sommeil sur son petit.»

De plus, lorsqu'on allaite, dormir avec notre bébé est très pratique: la nuit, ça évite les allées et venues pour aller le nourrir et ça assure à la maman une meilleure qualité de sommeil. Pour Mme Mercier, cependant, «l'idéal serait que bébé dorme dans un berceau à proximité du lit des parents». Ça l'habitue à dormir seul, mais il est près de nous.

Page 1 | Dormir avec son enfant: pour ou contre?
Page 2 | Dormir avec un enfant plus âgé