PUBLICITÉ

Thérapies gratuites

Famille image article
Les enfants nous font du bien, dans la vie.
 
Bon, ils peuvent aussi nous rendre un peu fous à quelques moments, mais en général, ils amènent surtout du positif.
 
D’ailleurs, ils nous offrent quotidiennement des thérapies gratuites :
 
La thérapie par les câlins
Mettons que tu as eu une vilaine journée. Tsé une vraie de vraie. Tu rumines ton malheur en rêvant juste de te cacher dans une bulle avec des bouchons d’oreilles et une coupe de vin. Puis en arrivant à la maison, des petits bras t’accueillent pour te faire le plus adorable câlin que tu pouvais imaginer. Et soudainement, ça va mieux.
 
La thérapie par le jeu
Des fois, ça nous tente zéro d’aller jouer avec eux. On sait qu’ils vont dire « encore, encore! » et que ça ne finira plus. Et avouez, on ne comprend pas toujours ce qu’il faut faire, dans leur univers. Mais on se force en souhaitant que ça passe vite. Et puis là, magie! Le sourire nous revient et on y prend même plaisir. Le goût du jeu nous est revenu. Merci les petits.
 
La thérapie par le rire
Les enfants sont vraiment tordants. Surtout… quand ils ne font pas exprès.
 
La thérapie par l’émerveillement
Il y a des choses qu’on cesse trop souvent de faire, en devenant adultes. S’émerveiller devant des choses simples, par exemple. Mais avec des enfants dans les parages, on peut retrouver cette faculté. On ne voit jamais aussi grand qu’à travers des petits yeux.
 
La thérapie par la fierté
Des fois, nos enfants nous rendent fiers. Ils gagnent une médaille, ils sont polis devant la visite ou ils réussissent simplement à surmonter un obstacle. Chaque petite étincelle de fierté (peu importe d’où elle provient) arrive à illuminer quelque chose en dedans de nous. Ça compense pour tous les trop nombreux instants de doute, dans notre vie parentale.
 
La thérapie par la beauté
Avez-vous déjà ressenti cet étrange apaisement juste à les regarder dormir? Ou à les observer pendant qu’ils jouent seuls? Ils sont si beaux que ça fait vibrer une corde sensible interne. Je soupçonne que ça affecte le même coin du cerveau que le goût artistique.
 
Oui, sans le savoir, nos enfants nous offrent des petites thérapies gratuites. N’attendez pas de prescription et profitez-en pendant que ça passe.