PUBLICITÉ

Cinq femmes inspirantes qui peuvent aider maman quand elle ne va pas bien!

Besoins et solutions image article

Quand maman ne va pas bien, elle peut ravaler sa peine et sourire comme si tout allait bien.

Quand maman ne va pas bien, elle peut se défouler dans le sport, le ménage, le magasinage,  le commérage et tout ce qui finit en « age » pour exprimer sa peine, sa colère, son impuissance ou sa rage…

Quand maman ne va pas bien, elle peut aussi se retirer, un peu comme un animal blessé, et attendre, en espérant que ça ira mieux demain, dans une semaine, dans un mois.

Quand maman ne va pas bien, elle peut demander de… l’aide! C’est une option qui demande de passer par dessus son amour propre et ses illusions.  Elle peut essayer de trouver de l’aide dans son entourage (amis, famille, collègues) ou encore payer pour des services professionnels (psychologue, entretien ménager, service de traiteur, etc.).

Quand maman ne va pas bien, elle doit se rappeler que comme en avion, lors des situations d’urgence, elle doit mettre le masque à oxygène et penser à elle « AVANT » de l’offrir  à ses enfants. Que feront-ils avec un masque si maman vient de perdre connaissance?

Quand maman ne va pas bien, elle peut parfois « OSER » pleurer devant ses enfants, nommer sa peine, ses peurs et ses angoisses (en gardant toujours une petite réserve, les enfants n’ont pas et ne doivent pas TOUT savoir). Elle sera peut-être surprise de constater que ses petits trésors l’écouteront, lui donneront du support, de l’amour et de la compassion, tout en apprenant une belle leçon d’humilité.

Quand maman ne va pas bien, elle peut aussi s’arrêter, se questionner et tout faire pour aller mieux.  Que ce soit de lâcher prise sur des situations dont elle n’a pas le contrôle, de décider que c’est « ASSEZ », de mettre de côté (tout) ce qui l’empêche d’aller bien, d’avancer, d’être heureuse.

Lorsque cela se produit, ça fait toujours des vagues, ça dérange et pour passer au travers ces périodes grises et orageuses, il y a plein de petites choses qui peuvent lui faire du bien dont

des femmes inspirantes qui ont décidé d’être vraies, authentiques et de partager leur vécu, leur expérience et ce qui les aide à aller bien.

Parce que je suis cette maman qui ne va pas bien présentement, j’ai pensé vous partager mes propres inspirations. Ce sont des femmes d’ici, accessibles, qu’on peut suivre sur les réseaux sociaux, lire, et même s’offrir le luxe d’aller les entendre en conférence :

1) Marcia Pilote, comédienne, animatrice et conférencière, elle est aussi l’auteure des livres Ma vie comme je l’aime. Son 6e va sortir dans quelques jours et ils m’ont tous beaucoup aidé à voir la vie autrement, à trouver des solutions, à être de plus en plus sur mon « X »!

2) Guylaine Guay, comédienne, humoriste, conférencière et auteure, elle vient de publier son premier livre, Deux garçons à la mère, sur sa vie de maman d’enfants différents, elle est très active sur les réseaux sociaux, et elle nous rappelle que nous sommes « HOT ! » et elle a toujours un petit quelque chose à nous partager qui nous fait du bien ou nous fait sourire!

3) Karine Champagne, journaliste, animatrice et conférencière, elle a fondé un groupe sur Facebook, Karine et ses Mère-Veilleuses, de femmes qui s’entraident, se motivent et s’encouragent à faire du sport.  Elle est aussi l’auteure d’une phrase qu’elle souhaitait belle et poétique, mais dont la tournure qui va à l’essentiel,  « D’la marde! », me fait beaucoup de bien.

4) Nicole Bordeleau, chroniqueuse, auteure, maître en yoga, elle a écrit plusieurs livres qui nous font tous du bien. Lors d’une conférence, elle avait dit une phrase que je me répète en boucle depuis plusieurs années : « ma vie actuelle va peut-être mal, mais moi, j’ai le droit d’aller mieux ».

5) Manon Lavoie, M comme Muses, est une coach en créativité qui offre plusieurs ateliers virtuels ou réels pour permettre aux femmes de se retrouver, de s’accorder du temps, de se reconnecter en y allant « un petit pas à la fois ». Partout où elle est invitée, elle fait du bien. On retrouve même certaines de ses phrases chouchous en adhésifs muraux dans certains commerces.

 Ces femmes-là*, elles me font du bien, elles me rappellent que j’ai le droit de ne pas aller bien, que j’ai le droit d’être heureuse (ou même les deux à la fois), que je n’ai peut-être pas de pouvoir sur les défis que je rencontre, mais sur ma façon d’y faire face, ça oui!

 Que je dois penser à moi sans être étranglée de culpabilité et qu’ainsi, si je vais bien, de mieux en mieux, je vais rayonner sur ceux que j’aime et qui m’aiment, que je suis importante moi aussi…

 

Et vous, les mamans (ou les papas), que faites-vous quand vous avez de la peine?

Quand votre homme (votre douce) a de la peine?

 

Qu’est-ce qui  vous aide à  passer aux travers les épreuves

ou la grisaille du quotidien?

 

* J’ai nommé seulement cinq femmes, mais elles sont si nombreuses à me faire du bien, j’aurais aussi pu parler de Danielle Verville, Mylen Vigneault, Les (Z) Imparfaites, Marianne Prairie, Marie Plourde, Véronique Grenier, Geneviève Jetté, Jaime Damak, Hélène Boissonneault, etc.

:: Suivez-moi sur TwitterFacebook