PUBLICITÉ

Expliquer le décès d'un proche à son enfant

Besoins et solutions image article

Question :

J'ai une petite fille de trois ans qui vient de perdre son arrière-grand-père. Elle était assez proche de lui et je me demande comment lui expliquer son décès. Nous irons au salon funéraire et le cercueil sera ouvert. Serait-il mieux pour elle de ne pas assister à cette cérémonie?
Merci
Marie-Claude Langevin


Réponse :

Bonjour Marie-Claude,

Tout d’abord, mes sincères condoléances à vous et votre famille. Bien que faisant partie de la vie, le décès d’un être cher est toujours un moment difficile à passer. En ce qui concerne votre fille, il faut comprendre que les enfants ne perçoivent pas la mort de la même façon que nous, les adultes. À cet âge, il lui est difficile d’en comprendre le caractère définitif. D’où l’importance de bien choisir les mots que vous utiliserez.

Lui dire qu’il est « parti » ou encore « qu’il dort pour toujours » ne pourrait que créer de la confusion. Partir implique qu’il peut revenir et dormir qu’il peut se réveiller un jour. En associant le sommeil à la mort, votre fille pourrait avoir peur de dormir ou que vous dormiez.

Je vous suggère donc de lui dire le plus simplement du monde que son arrière-grand-père est mort en révélant ce que cela implique. « Quand quelqu’un est mort, il ne bouge plus, ne respire plus, ne parle plus, ne rit plus. » Expliquez-lui lui que mourir est naturel et que tout être vivant meurt, un jour ou l’autre, et qu’il ne faut pas avoir peur. Cela fait partie de la vie.

Il ne faut pas tenter de protéger votre fille de la tristesse qu’elle pourrait ressentir. Dites-lui qu’il est normal d’être triste dans cette situation et prenez le temps de l’écouter et de la rassurer. Le fait de ne pas expliquer les vraies choses aux enfants a deux effets néfastes. Premièrement, les enfants ont une imagination débordante, ce qui fait qu’en les laissant dans l’ombre, ils imagineront les choses pires qu’elles ne le sont en réalité, ce qui pourrait créer  beaucoup d’anxiété. Deuxièmement, le fait qu’on n’explique pas à l’enfant ce qui se passe réellement, peut le faire se sentir mis à l’écart du reste de la famille et, de ce fait, l’insécuriser. Les enfants sont des éponges à émotions. Donc, même si vous êtes très bon acteur, ils sentiront qu’il se passe quelque chose. En apprenant que le cercueil sera enterré, il est possible qu’elle vous demande si son arrière-grand-père aura froid, peur ou encore s’il y fait noir. Rassurez-la en lui expliquant qu’il n’aura pas froid, ni peur, ni faim.

Ne lui cachez pas votre peine. Votre fille apprendra comment réagir dans de telles situations, en vous regardant et en vous imitant. En vous voyant pleurer et exprimer votre tristesse, vous lui envoyez le message qu’il est acceptable de le faire. Il faut toutefois prendre garde de ne pas tomber dans l’extrême en ne gardant aucune retenue devant l’enfant. L’enfant qui voit son parent est envahi par la tristesse pourrait être tenté de cacher sa peine pour protéger celui-ci.

Il est donc primordial d’apprendre à doser et, surtout, d’aider votre enfant à gérer les émotions vécues lors d’un deuil. Prenez le temps de répondre à toutes ses questions et tenter de lui faire verbaliser ses émotions par le biais de livre d’histoire, de dessin ou encore lors de petits jeux de rôle. La tristesse, la colère, la culpabilité ou encore le sentiment d’abandon sont toutes des émotions qu’il est possible qu’elle ressente. Votre rôle est de la réconforter en lui rappelant que c’est tout à fait normal de se sentir ainsi.

Pour ce qui est du salon funéraire et du cercueil, si elle le désire, il est bien qu’elle puisse y assister au même titre que les autres membres de la famille. Prenez le temps de lui expliquer qui sera présent, la réaction possible des gens, à quoi ressembleront les lieux physiques, le cercueil ouvert, etc. Vous pouvez peut-être lui proposer d’apporter une fleur, un dessin ou autre pour le défunt. Doit-elle aller voir son arrière-grand-père dans le cercueil? Encore là, si elle le désire, après lui avoir bien expliqué, allez-y avec elle. Gardez aussi en tête qu’une soirée au salon funéraire, c’est très long pour un enfant. Apportez quelques livres, des crayons ou des jeux pour l’occuper ou encore demandez à quelqu’un de la raccompagner à la maison.

De plus, dans le tourbillon de ces événements, il est très important de garder une routine stable afin de la rassurer. Comme dans tout grand changement, il est possible qu’il y ait une certaine régression des acquis comme par exemple, recommencer à faire pipi dans ses culottes. Le comportement, l’appétit et le sommeil peuvent aussi être perturbés. À la suite des décès, on peut s’attendre à des cauchemars. Gardez en tête qu’il est sain que votre enfant réagisse à un tel évènement. Nous y réagissons tous, chacun à notre façon !

En terminant, il serait préférable de vous entendre avec les autres adultes qui seront en contact avec votre fille sur ce que vous avez choisi de lui dire. Si matante Julie lui dit qu’il est parti pour un long voyage et grand-maman Ginette qu’il fait un gros dodo, cela influencera sa compréhension de la mort. Prenez le temps de les informer de votre choix de parent.

Je vous souhaite bon courage dans cette épreuve.

Hélène Fagnan
Fondatrice et coach parental
www.nannysecours.com

Vous aimeriez poser une question à l'expert? Écrivez ici !