PUBLICITÉ

Et si on publicisait l’empathie?

Parents et relations familiales image article

L’idée m’est venue un matin qui était « mal parti ». Je marchais dans la neige, harassée par ce qui me semblait être le poids du monde sur mes épaules de mère.

Ce genre de matin que vous connaissez peut-être, où rien ne roule comme on voudrait… ou comme la société voudrait. Réveil qui ne sonne pas, enfant qui voudrait prendre son temps, mitaine disparue, migraine et tout le tralala.

De petits détails qui ensemble, font que quelqu’un, sur votre route ce matin là, vous signifiera verbalement ou non, que vous avez failli à votre rôle de « bon » parent.

Je ne sais pas si cela vous arrive (des matins comme celui-là, j’ai parfois l’impression que je suis la seule qui bousille tout ainsi), de lutter entre le « Ils penseront ce qu’ils voudront, je garde la tête haute » et le « Ils auront raison de me juger, je suis nulle » ?

Et de sortir alors, affronter l’extérieur, peu importe quel sentiment aura pris le dessus et de faire… votre gros possible.

Vous faite votre gros possible, parce que peu importe où vous avez failli ce matin là, vous l’avez fait avec de bonnes intentions et surtout, avec beaucoup d’amour pour votre enfant.

Donc, après avoir failli, après avoir fait mon gros possible pour réparer et redémarrer la journée adéquatement, je marchais en compagnie de ma lassitude et de ma culpabilité. Tout près, une once de colère (envers moi et envers les « autres ») me suivait. Quand cette idée de pub est débarquée dans mon esprit…

Un peu partout, on voit des messages qui nous disent comment être de « bons » parents. Comment stimuler, soigner, sécuriser, valoriser, alimenter, communiquer… Pourquoi n’aurait-on pas droit à des pubs qui contribueraient à enrayer le jugement?

« Cette maman envoie des collations non écologiques à l’école. Elle n’a plus de contenants réutilisables; ils sont tous dans le casier de Junior qui les oublie systématiquement. Pour compenser, elle recycle et composte plus que la moyenne. »

« Ce papa a perdu patience au magasin devant sa fille.  Vous ne le savez pas, mais il vient de perdre son emploi et est mort de trouille de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de sa famille bientôt. »

« Cette maman n’a pas entendu le réveil sonner ce matin. Les enfants sont en retard à l’école. Cette maman n’est pas paresseuse. Elle a veillé son bébé malade chaque nuit cette semaine et est au bout du rouleau. »

« La mère de Justine ne veut pas être trop molle avec elle. Elle tente à sa façon, d’être à l’écoute.  Son père lui, ne veut pas être trop sévère. Il s’inquiète seulement pour sa sécurité. »

« Cette maman est arrivée cernée, en sueur et en retard à la réunion de parents d’élèves. Elle n’est pas désorganisée. Elle a eu une crevaison sur l’autoroute. »

« Ce papa a amené fillette décoiffée à la garderie. Ce matin-là, il ne se sentait pas capable de se battre avec elle et le peigne. Il a préféré jouer dix minutes de plus avec fillette.»

« Ces parents invitent rarement des petits amis à souper. Ils ne veulent pas l’empêcher de socialiser. Ils craignent de ne pas avoir assez à manger pour tout le monde et de faire honte à leur enfant. »

« Cette maman a laissé sortir fiston avec un chandail troué. Elle ne le néglige pas. Elle attend des fonds pour faire réparer sa vieille laveuse qui a lâché la semaine dernière. »

« Ce papa en solo n’a pas reporté le rendez-vous chez le dentiste de son aîné par simple insouciance. Ne trouvant pas de gardienne, il a dû rester à la maison avec le cadet dont la gastro s’éternise. »

 

« Ces parents sont de bons parents.  Ils sont différents de vous, mais ils sont comme vous : Ils aiment leurs enfants. »

 

Vous voyez le genre…

Il serait utopique de penser que ces pubs mettraient fin à tout jugement. Par contre, peut-être permettraient-elles des réflexions et ralentiraient la critique ? Si, avant de lancer un regard sombre, avant de se scandaliser devant telle ou telle situation ou action, on s’entendait penser « Ce parent est comme moi, il aime son enfant. Il fait son gros possible à lui » ?

Parents à la maison ou travaillant 50 heures semaines. Mères qui donnent le sein, la bouteille ou les deux. Familles traditionnelles, monoparentales, homoparentales. Familles athées ou très religieuses. Maison ordonnée ou en fouillis. Gazon parfait ou plein de pissenlits. Voyageurs ou sédentaires, routiniers ou pas. Fumeurs, sportifs, végétariens, expressifs ou timides.

Nous sommes des humains avec des bagages, des vécus et des défis du moment différents. Notre point commun ? Nous aimons nos enfants, nos enfants nous aiment.

Et nous n’aimons pas être jugés…

Donc, pub pas pub… Si on se serrait les coudes en réduisant nos jugements envers autrui ? Peut-être qu’en plus, ça réduirait notre tendance à nous juger personnellement.  Baisse de tension en perspective pour tout le monde, non ?

Et peut-être que nos enfants se diront ensuite « Ma mère fait coller les spaghettis, mon père oublie souvent mon cours de danse, mais qu’est-ce qu’on s’amuse chez-nous ! Je me sens tellement aimé…

Qu’en pensez-vous ?