PUBLICITÉ

Pourquoi les grands parlent-ils tous seuls?

Parents et relations familiales image article
Est-ce que ça vous arrive de vous parler à vous-même? Pas juste dans votre tête, mais bien à haute voix? En ramassant du linge, en réfléchissant ou en se tapant un coup de marteau sur le pouce?
 
Rares sont les gens qui peuvent affirmer ne jamais le faire. (En plus, personne n’est là pour contester!)
 
Je trouve ça drôle, les gens qui se parlent tous seuls. Drôle et sain. C’est comme si on réalisait que nous ne sommes pas vraiment seuls dans notre tête. Qu’un coin de notre âme écoute et regarde notre vie comme un film. Pauvre âme. Quel mauvais film elle se tape, certains jours.
 
Seuls dans l’univers, je ne sais pas. Seuls dans la maison, entre les esprits et les revenants, je ne sais pas non plus. Mais dans notre tête, il y a sûrement plus qu’une personne. En tout cas, ce serait rassurant de penser que nos bêtises ne sont pas notre seule responsabilité.
 
Avez-vous remarqué que quand on se parle à soi-même à haute voix, le plus souvent c’est pour se gronder? Du genre :
Voyons, où est-ce que j’ai mis mes clés, moi?
Qu’est-ce que j’ai pensé à mettre ça croche de même!
Ayooooye! Maudit sans dessin de maladroit!
 
Ça soulage tellement de pouvoir engueuler quelqu’un, qu’on se donne soi-même un rôle de responsable. Ça doit nous déculpabiliser de nos erreurs, j’imagine.
 
Parfois, on se donne plutôt des consignes. Ou on se parle à haute voix pour se dire quoi faire.
Ah oui, faut que je prépare le sac des enfants.
Bon, un café pis après faut que j’écrive mon texte.
 
Ou simplement :
Bon, ça c’est fait.
Comme si on cochait mentalement une tâche. Peut-être pour se valoriser. Ou s’encourager.
 
Le plus drôle, c’est quand, plongés dans nos pensées, il y a subitement un bout de phrase qui sort et que quelqu’un d’autre entend dans la pièce.
-          … juste pas d’allure son affaire!
-          Quoi…?
-          Non non rien, je me parle.
 
Selon les études, les gens qui se parlent à eux-mêmes ne sont pas fous, loin de là. C’est même le contraire. Ça stimule le cortex cérébral et ça permet de mieux mémoriser les données. Mais si on le fait autant, c’est qu’inconsciemment, ça doit nous faire du bien. Alors pourquoi pas.
 
Les enfants le font aussi, mais surtout pour le jeu. Vous êtes tous déjà tombés sur une scène craquante où votre enfant fait parler ses personnages ou s’invente une histoire à haute voix. C’est si beau.
 
Réfléchir à haute voix, ça doit venir plus tard. Mais j’y pense, c’est peut-être juste une façon pour nous les adultes de se rappeler les moments magiques où plein d’amis habitaient dans notre tête.
 
***
 
Juste une parenthèse, sur le parlage à soi-même. Ce qui est un tantinet plus agaçant, ce sont les gens qui se parlent à haute voix en public en faisant passer ça pour une conversation avec leur enfant.
 
Je ne dis pas qu’il est mal de parler à son enfant. Au contraire, ça stimule son appétit de communication. Non, je parle de celles (des mamans, surtout?) qui répertorient un inventaire complet de leur journée pour que TOUT LE MONDE puisse entendre. C’est difficile à décrire, mais ça peut ressembler à :
 
Oui, tu peux jouer au parc, mon trésor. Maman t’as habillé chaudement et on a marché jusqu’au parc pour que tu puisses t’amuser, et après on va prendre une collation, hein? Hier à l’épicerie, maman a acheté des bons raisins. Tu aimes ça les raisins, hein? Chez grand-maman l’autre jour tu en as redemandé deux fois, hein? Grand-maman avait fait un souper pour la fête de mon’oncle Jean-Claude, tu te souviens? Il fait quoi, mon’oncle Jean-Claude? Oui, il est ambulancier. Tantôt on va l’appeler mon’oncle Jean-Claude pour lui resouhaiter bonne fête, parce que c’est aujourd’hui hein?
(Notez que l’enfant est parti et n’entends plus rien depuis la phrase « Tu peux jouer ».
 
Vous voyez le genre? On en croise parfois dans les lieux publics ou les salles d’attente. Eux savent se parler. Ils devraient maintenant apprendre à s’écouter. Mais je ne sais pas s’ils endureraient ça longtemps.
 
Allez, je viens de m’entendre dire « Yé donc ben long ton texte, le clown! »… Et pour une fois, je suis d’accord avec moi.