PUBLICITÉ

ABC de l'hérédité

Grossesse image article
Présenté par

L'arrivée d'un nouvel enfant est inévitablement ponctuée d'exclamations et de commentaires des membres de la famille à la recherche des traces visibles de leurs liens de parenté. «Elle a la bouche de sa mère.» «C'est tout le portrait de son père!» «Elle a le nez des Gauthier.» «Il a les yeux verts de sa grand-mère!»

En se reproduisant, les parents transmettent à leur futur enfant des milliers de caractéristiques qui le différencieront des autres êtres humains. C'est ce que l'on appelle l'hérédité. Cette transmission se fait à travers les gènes, sorte de bagage qui nous définit, qui nous suivra toute notre vie, et que nos enfants transmettront à leur tour à nos petits-enfants. Pour en savoir plus, suivez le guide!

Un, c'est bien, deux, c'est mieux

«Le corps humain est constitué de milliards de cellules formant les organes, les muscles, les ligaments, les nerfs et les os, m'explique Gail Ouellette, docteure en génétique et directrice du Portail Québécois des Maladies Génétiques Orphelines (PQMGO), à qui j'ai demandé d'éclairer ma lanterne. Chacune de ces cellules possède un noyau.

Dans ce noyau, on distingue 23 paires de chromosomes, et dans chaque paire se retrouvent des milliers de gènes. Chaque gène est un code chimique qui régit le fonctionnement de notre organisme ou qui détermine une caractéristique physique particulière appelée phénotype (taille, couleur des yeux, cheveux raides, frisés ou crépus, etc.). Ce dernier peut prendre plusieurs formes ou versions que l'on appelle allèles.

«Chaque individu possède deux copies de chacun de ses gènes, une copie venant de sa mère et l'autre de son père, précise la Dre Ouellette. Il a donc deux allèles pour chaque gène. Si ces deux versions sont identiques, l'individu est dit homozygote en ce qui concerne ce gène particulier. Dans le cas contraire, il possède deux allèles différents, et il est dit hétérozygotepour ce gène. Lors de la fécondation, l'union des 23 chromosomes du spermatozoïde en provenance du père et des 23 chromosomes de l'ovule en provenance de la mère forme un nouvel être. Le nouveau-né hérite à parts égales des chromosomes de son père et de sa mère dans CHACUNE de ses cellules. Il reçoit deux copies de chaque gène et, comme les deux allèles maternel et paternel des gènes peuvent être différents, ce nouvel être humain est absolument unique.» Élémentaire, mon cher Watson!

À lire ausi dans le magazine Yoopa,  septembre-octobre 2011, page 38
Pétition déposée à l’Assemblée nationale :
Des citoyens demandent un dépistage plus efficace des maladies rares

 

 

Page 1 | ABC de l'hérédité
Page 2 | Hérédité dominante ou récessive?
Page 3 | Des tests de dépistage de maladies: quand et combien?