PUBLICITÉ

La circoncision: pour ou contre?

Soins et prévention 0-24 MOIS image article

La circoncision, qui consiste à supprimer le repli de peau recouvrant le gland de la verge, suscite la controverse au sein de la communauté médicale. Si certains la considèrent utile pour réduire les maladies sexuellement transmissibles ou prévenir les infections urinaires, d'autres la jugent inutile, voire préjudiciable. Dans le monde, plusieurs associations s'opposent à la circoncision, la comparant à l'excision.

Pour ou contre?

Dormir avec son enfant
La circoncision
Le Ritalin
L'argent de poche
Couches: papier ou coton?
Parents copains ou autoritaires?
La dérogation scolaire

Dans les faits, depuis les années 70, le nombre de circoncisions est en chute libre à peu près partout dans le monde occidental. Les États-Unis sont notamment le dernier pays médicalement avancé à pratiquer cette intervention pour des raisons non religieuses chez la majorité des garçons. Dans les années 60, plus de 80% des nouveau-nés étaient circoncis. Selon les études, environ 20 à 25% des nourrissons se font circoncire de nos jours au Canada, contre 60% aux États-Unis.

Au Québec, on ne circoncit pratiquement plus les nouveau-nés, surtout depuis que la Régie de l'assurance-maladie (RAMQ) ne rembourse plus systématiquement l'opération. La circoncision demeure toutefois un service couvert lorsque l'urologue ou le médecin invoque une condition pathologique.

À quoi sert le prépuce?

Le prépuce se forme vers la huitième semaine de gestation à la suite d'un épaississement de l'épiderme situé à la base du gland. Cet épaississement s'étend progressivement pour recouvrir complètement le gland vers la 16e semaine de grossesse. À la naissance, le prépuce adhère presque toujours au gland, et rares sont les nouveaunés chez lesquels il est rétractable. L'adhérence naturelle du prépuce réduirait ainsi le contact du gland avec les selles et l'urine.

Il faut croire que la nature sait ce qu'elle fait: seulement 4% des garçons ont un prépuce entièrement dilatable à la naissance. Ce pourcentage augmente à 20% à l'âge de 6 mois; il atteint environ 50% à l'âge de 1 an, 10% à 3 ans, pour finalement baisser à 1% à 17 ans. Alors, le fait que la rétraction du prépuce ne soit pas complète dans les premiers mois de vie n'est donc pas une indication médicale de circoncire.

Avec le temps, la kératinisation des couches superficielles s'opère, et le prépuce se détache progressivement pour être partiellement, puis totalement rétractable. En 1996, la Société canadienne de pédiatrie a estimé qu'on évaluait mal ce laps de temps et qu'on avait encore trop rapidement recours à la chirurgie.

Page 1 | Pour ou contre la circoncision?
Page 2 | Quand y avoir recours?
Page 3 | Les complications possibles