PUBLICITÉ

Quand bébé ne respire plus

Soins et prévention 0-24 MOIS image article
Présenté par

En 2004, 84 bébés ont été victimes du syndrome de la mort subite du nourrisson (SMSN) au pays selon Statistique Canada. Des bébés, a priori en pleine forme, qui décèdent pendant leur sommeil, sans raison apparente. C’est un drame sans nom pour les parents. Et une situation tout à fait inacceptable pour la médecine...

Le syndrome de la mort subite du nourrisson (SMSN) désigne la mort soudaine et inattendue d’un bébé de moins d’un an, qui semble en bonne santé, généralement pendant son sommeil.

«Pour parler de syndrome de la mort subite du nourrisson, le décès doit demeurer totalement inexpliqué, après que l’on a examiné en détail le dossier médical ainsi que les circonstances et les lieux du décès, et que l’on a effectué l’autopsie, obligatoire dans de tels cas», précise le Dr Jean-Paul Praud, chercheur et pneumo-pédiatre au Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).

Observé dans le monde entier, le SMNS constitue la cause la plus fréquente de décès des bébés âgés de un mois à un an dans les pays développés. «La grande majorité des cas de SMSN surviennent avant l’âge de six mois avec un pic de fréquence entre deux et quatre mois», mentionne le Dr Praud, qui effectue des recherches sur le SMSN depuis 25 ans.

Facteurs de risque et recommandations 

Même si le SMSN demeure inexpliqué, des études épidémiologiques ont permis de déterminer des facteurs de risque sur lesquels les parents peuvent agir et ont amené les médecins à formuler des recommandations importantes.

«Certaines ont contribué à diminuer de beaucoup le nombre de décès attribuables au SMSN», de commenter le Dr Praud. Voici les principales recommandations:

Coucher le nourrisson sur le dos

Jamais sur le ventre, ni sur le côté (parce qu’il peut se retrouver sur le ventre). Une campagne de sensibilisation (baptisée Dodo sur le dos au Québec) a été menée à l’échelle mondiale, à partir du début des années 1990, pour convaincre les parents de cette nécessité. Elle a permis de diminuer de plus de 50 % le nombre de bébés victimes du SMSN dans tous les pays du monde. «On n’est pas sûr de savoir exactement pourquoi, mais on a constaté que l’application de cette mesure avait un impact énorme», souligne le Dr Praud.

Éliminer complètement le tabagisme prénatal et postnatal

«Il a été établi de façon très claire, dans de multiples études, que fumer pendant la grossesse multiplie jusqu’à huit fois le risque de SMSN, dépendamment du nombre de cigarettes que l’on fume. Plus on fume de cigarettes, plus on augmente ce risque», dit le Dr Praud. Donc, la femme enceinte ne doit pas fumer du tout, ni être exposée à la fumée secondaire. On ne doit pas non plus y exposer le bébé, au moins pendant sa première année de vie. «Le risque de SMSN est accru lorsqu’il y a des fumeurs dans la maison.»

Assurer un environnement sécuritaire au bébé

«Les études ont prouvé que l’endroit le plus sécuritaire pour placer un nourrisson jusqu’à l’âge de six mois, c’est dans son berceau ou dans son lit de bébé, placé dans la chambre des parents», mentionne le Dr Praud. On ne doit pas coucher bébé avec ses frères et soeurs, ni dans le lit des parents.

De plus, le lit de bébé doit être sécuritaire. Le matelas doit être assez ferme, et on ne doit retrouver dans le lit ni coussin, ni couverture, ni toutou en peluche. Rien d’autre que le drap recouvrant le matelas. Si le bébé a froid, on l’habille plus chaudement, mais sans excès, puisque l’hyperthermie est aussi un facteur de risque de SMSN. Il faut également s’assurer que la matière dont est fait le tour de lit est perméable à l’air. Finalement, la pièce ne doit pas être surchauffée (maintenir la température à 20 °C).

Donner une tétine au bébé pour qu’il s’endorme, jusqu’à l’âge d’un an

«Plusieurs études ont démontré que la tétine diminue le risque de SMSN, mais on ne sait pas très bien pourquoi.»

Allaiter son enfant

«On a observé que l’allaitement maternel prévenait le syndrome de la mort subite du nourrisson.»

 


Page 2 | L'état des recherches
Page 3 | Une équipe de soutien
Page 4 | Vivre son deuil