6-7 
ans

Le trouble de déficit de l’attention cerné

Libellés : 6-7 ans, Santé Publié le 16-03-2011 à 14:32

Une infirmière de Terrebonne, dans la banlieue nord de Montréal, a élaboré le premier protocole pour diagnostiquer et prendre en charge les enfants et les adolescents souffrant d’un trouble de déficit de l’attention (TDAH).

Chantal Boivin a été reconnue par l’Ordre professionnel des infirmières pour son engagement auprès de ces patients, dans un domaine qu’elle juge « plutôt délaissé par les médecins ».

« Les médecins de ma clinique étaient hyperdébordés. Le TDAH n’est pas un terrain connu pour les médecins en général. J’ai donc décidé de prendre la relève et la docteure de ma clinique m’a appuyée dans mes démarches », a-t-elle raconté.

Pas un problème d’intelligence

Depuis près de deux ans, celle qui travaille à la Clinique médicale Legardeurois suit une centaine de patients qui ont bien souvent des difficultés à l’école et des problèmes de comportement qui leur valent des avertissements.

Certaines situations peuvent être évitées, selon elle, comme le décrochage scolaire. C’est pourquoi elle a suivi des formations avec des psychiatres et élaboré une méthode de travail pour repérer le TDAH le plus tôt possible et ainsi pouvoir agir plus efficacement sur le développement de l’enfant.

Par exemple, Mme Boivin remet aux professeurs et aux parents d’enfants victimes d’un déficit de l’attention ou d’hyperactivité des grilles d’évaluation qui sont utilisées par les professionnels de la santé. Elle analyse ensuite les résultats pour poser un diagnostic. Si l’enfant présente un TDAH, elle commence par discuter avec lui et « le rassure, en lui expliquant que ce n’est pas un problème d’intelligence ».

« Il y a un flagrant manque de ressources », a dit l’infirmière, qui déplore que les parents doivent parfois débourser 1 000 $ uniquement pour obtenir un premier diagnostic d’un neuropsychologue. « L’enfant doit être en situation d’échec avant de consulter le psychologue de l’école. De plus, il n’y a pas assez d’orthopédagogues et les classes sont de plus en plus pleines. »

Le Ritalin peut être utile

Le protocole qu’elle a mis en place permet maintenant d’offrir l’aide nécessaire aux patients et aux parents, mais aussi d’accompagner le médecin en lui suggérant le type de médication idéal pour l’enfant. « Même si le Ritalin a mauvaise presse, si le jeune est suivi et prend la bonne dose, ça peut vraiment faire une différence pour son avenir », a-t-elle assuré.

La Dre Pascale Hamel, présidente de l’Association des pédiatres du Québec, voit d’un bon oeil cette initiative. « On a besoin d’infirmières pour nous aider et elles peuvent souvent prendre le temps de donner des explications
aux parents. »

La Dre Hamel a même estimé qu’il « devrait y avoir plus d’infirmières sur le terrain, surtout dans les écoles ».

LES SYMPTÔMES

Le TDAH est le trouble neurocomportemental le plus fréquent chez les enfants. Il est caractérisé par l’inattention, l’hyperactivité et l’impulsivité. Plusieurs signes peuvent aider à l’identifier chez votre enfant :

  • Il semble ne pas écouter lorsqu’on s’adresse à lui.
  • Il a de la difficulté à commencer et à terminer ses devoirs.
  • Il ne parvient pas à retenir les consignes et à les appliquer, même s’il les comprend.
  • Il est très facilement distrait.
  • Il ne fait jamais attention aux détails.
  • Il a tendance à imposer sa présence, à faire irruption dans les conversations ou les jeux.
  • Il a de la difficulté à attendre son tour.
  • Agence QMI
  • Par

    Josiane Desjardins

PHOTO STÉPHANE FORTIER, AGENCE QMI - Chantal Boivin déplore le manque de ressources actuel : « L’enfant doit être en situation d’échec avant de consulter. » D’où son intervention saluée par les pédiatres du Québec.

Laissez un commentaire

L'infolettre

Les incontournables

Sondage

De quelle façon magasinez-vous les fournitures scolaires?
Voir tous les sondages >>