Louis-Simon Ferland Blogueur

Les bienfaits du linge mou

Les bienfaits du linge mou
Libellés : Vie de famille Publié le 03-01-2013 à 15:36

Avouez qu’un des plaisirs du temps des fêtes, c’est de passer des heures en linge mou. De rester en pyjama, en culottes de jogging ou en leggings (euh, disons pour vous les filles).

C’est simple, au temps des fêtes on a deux stades vestimentaires : linge mou ou linge propre. On passe du pyjama à l’habit de soirée, puis l’inverse. Grève du linge normal.

L’avantage principal du linge mou, c’est de se sentir relax. Et ça marche. Parfois trop. Tellement que ça nous empêche d’être efficace. Essayez de régler un grand dossier avec des culottes molles et des pantoufles poilues… Impossible. (Tout comme il doit être bizarre de faire une balloune de gomme en habit-cravate, ou de péter dans sa robe de mariée…)

Quand le linge est mou, on dirait que le corps et la tête le deviennent aussi. Les vêtements ont-ils vraiment un impact sur notre humeur? Voyons ce qu’en pensent les scientifiques dans ce paragraphe sérieux (mon seul effort mental en vêtements de détente) :

Selon une étude relayée récemment par le NY Times, oui, le linge joue un rôle dans notre cerveau. Parce que nous ne réfléchissons pas seulement avec notre tête, mais avec tout notre corps, y compris ce qu’il y a dessus. Pour un des tests par exemple, les gens ordinaires à qui on demandait de porter un sarrau de médecins ont été plus attentifs et minutieux que ceux qui n’en portaient pas. Parmi les autres découvertes, les gens qui transportent une tablette à pince (un clipboard!) se sentent plus importants. Se laver les mains incite à un meilleur jugement éthique (un remède simple à la corruption?). Et en tenant une tasse chaude, on a tendance à trouver les autres plus chaleureux qu’en tenant un breuvage froid. Fascinant.

Bref, ce que nous portons a assurément un effet sur notre perception de nous-mêmes et des autres.

C’est connu, porter des vêtements que l’on aime nous donne beaucoup de confiance. Et se sentir mal habillé dans une soirée chic nous donne le goût de se cacher derrière une plante.

Étrangement, pour les enfants c’est le contraire. C’est quand on les habille « propre » qu’ils se sentent mal à l’aise. Le seul habit qu’ils tolèrent sans rouspéter, c’est l’habit de neige. Ils sont chanceux de pouvoir encore donner plus d’importance au confort plutôt qu’au paraître. (Ça va changer un jour, et pas nécessairement pour le mieux…)

En attendant, les enfants ne demandent que ça, traîner en linge mou jusqu’au retour à l’école. Et comme si on les enviait secrètement, on leur enfile leur pyjama directement au party pour qu’ils puissent finir la soirée endormis quelque part, si possible dans des manteaux. Si je m’écoutais, je ferais la même chose.

Mais toute bonne chose a une fin. Le temps des vêtements de grands va revenir. Va falloir redevenir sérieux… en attendant la fin de semaine.

Allez, bonnes pantoufles.

Pour suivre Louis-Simon: http://www.facebook.com/pageLSF

Laissez un commentaire

Photo de Louis-Simon Ferland

Louis-Simon Ferland

Blogueur

Voir tous les billets >>

L'infolettre

Les incontournables

Sondage

De quelle façon magasinez-vous les fournitures scolaires?
Voir tous les sondages >>